Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 3 mois
Ware, un Petit Prince contemporain

Le château des papayes est le premier roman de Sara Pennypacker que je lis et c’est un très joli coup de foudre, je l’ai trouvé charmant, apaisant, touchant et atypique. J’ai eu bien souvent cette sensation que j’éprouvais en lisant le Petit Prince : un joli récit poétique, pétillant, une ode à la différence. C’est un véritable coup de foudre pour ce roman que je relirais sans aucun doute.

Ce roman s’adresse en priorité au 10 ans et plus, pourtant, l’adulte que je suis a été très enthousiasmée par cette lecture qui en fin de compte, pourra parler aux petits, aux adolescents ou aux plus grands. Le style de l’autrice est merveilleux pour cela, pas de simplisme ou de facilité scénaristique. Sara Pennypacker évoque plusieurs sujets douloureux avec une grande justesse et une élégance très fine, sans manière et sans détour. Les enfants peuvent accomplir de grandes choses et l’autrice leur délivre un magnifique message.

L’histoire nous dévoile deux personnages très différents qui vont devoir coopérer pour faire d’un terrain vague un monde hors du temps, un espace réconfortant le temps d’un été. Ce terrain est un formidable espace de jeu, de changement personnel, de dépassement de soi et d’audace, de découverte. Ware est probablement mon chouchou, c’est là que le Petit Prince entre en scène. C’est un enfant dont je me suis sentie tellement proche, même que par moment, j’avais l’impression de me reconnaître, de devancer ses réactions.

Ce dernier ne sera cadencé sur un rythme de folie avec des révélations ahurissantes, nous sommes plutôt dans un récit perçu et vécu par Ware. De ce fait, il faudra composer avec une multitude de pensées vives (un peu comme Anne Shirley du roman Anne de Green Gables), un rythme contemplatif en somme. C’est une histoire d’apaisement, les chapitres sont courts et très bien écrits, le livre se lit très vite et pourtant, je me suis rapidement attachée aux personnages et j’ai été très vite captivée par le quotidien de Ware et Jolène.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort