Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 4 ans
Une planète dans la tête, de Sally Gardener
J’ai du mal à trouver les mots pour écrire mon avis… Autant j’ai l’impression d’avoir globalement compris l’histoire, autant j’ai l’impression d’être passée à côté et je me demande bien ce qu’un ado pourrait conclure d’une telle histoire…
L’idée de base est vraiment bonne. Reprendre un événement important et marquant du passé, pour le retranscrire dans le futur ; un futur qui aurait pu arriver, m’a vraiment plu au départ. Mais très vite, dès les premiers chapitres, on entre un petit peu dans le flou avec cette histoire. Des sortes de flash-back mêlés au présent, des situations à venir auxquelles on a un tout petit aperçu mais qu’on finit par oubliées… J’ai eu finalement beaucoup de mal à me repérer et à m’imaginer les situations.
L’histoire manque cruellement de descriptions et d’explications. On ne connait rien de ce nouveau monde, on ne sait pas réellement pourquoi on en est arrivé là, on ne sait pas trop quelles sont les « règles » ni pourquoi les personnages font certaines choses (dont je ne peux pas parler sans risquer de spoiler…). Ceci pourrait s’expliquer par la narration qui est faite à la première personne, du point de vue de Standish donc. Mais ce jeune garçon n’est pas bête, il doit bien comprendre au minimum ce qu’il se passe autour de lui et serait donc capable de nous en dire plus…
Au vu du résumé, je pensais que la dyslexie allait être complètement mise en avant. Si c’est le cas au début, parce que Standish se fait rejeter à cause de ça et à cause de son physique particulier, il n’en est rien par la suite. Certes, ce jeune garçon dyslexique accomplit finalement de grandes choses mais il aurait très bien pu avoir une autre maladie, que l’on n’aurait pas tellement vu la différence…
Standish est certainement le personnage le plus développé même s’il ne m’a pas convaincue. En effet, il est censé avoir quinze ans mais en parait beaucoup moins, de par sa façon de s’exprimer mais aussi par sa façon de voir les choses. Il parait très enfantin et cela donne les mêmes répercutions sur l’histoire. Comme je suis trop restée extérieure à l’histoire, je n’ai pas su m’attacher à lui mais je dois reconnaître que j’ai bien apprécié qu’il fasse de sa maladie une force et non une faiblesse. Il ne se plaint jamais vis à vis de ça, il ne se sous-estime pas et mets plutôt en avant ses atouts.
Hector Lush est un personnage qui m’avait bien plu au début. Vu comme Standish en parlait, je m’attendais à quelqu’un que je ne pourrai pas oublier de sitôt mais malheureusement, je l’ai trouvé trop survolé et on le connait peu finalement. Tout comme Papou, le grand-père de Standish, ou la famille Lush au complet qui tiennent pourtant une grande place à un moment donné. De plus, on ne sait pas tellement ce qui est arrivé aux parents de Standish. Ce dernier a sa petite idée sur beaucoup de choses mais la partage rarement…
Pour conclure, cette histoire avait une bonne base mais, à la longue, c’est devenu trop brouillon. On ne comprend pas toujours certaines situations, ni certaines réactions des personnages. Il y a un gros manque de descriptions pour que je puisse réellement l’apprécier. De plus, le vocabulaire est très grossier. Cela ne me dérange pas trop d’habitude, quand cela parait naturel, mais ici, c’est vraiment de trop. Et quand je vois le public visé, je ne suis pas trop pour…
Une belle déception pour moi donc, malgré une écriture fluide et une histoire qui se lit d’une traite… J’aurai aimé un univers mieux exploité, plus approfondi et plus compréhensible, qui ne laisse pas autant dans le flou.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort