Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 2 mois
Une invitation au cœur du Japon féodal

« Les Enfants des Otori » est une invitation au voyage, on découvre un univers immersif et passionnant au cœur du Japon féodal.

Cette nouvelle saga de Lian Hearn peut se lire indépendamment du Clan des Otori, comme je l’ai fait. Certes, je me suis parfois sentie perdue face au grand nombre de personnages et aux références à la trilogie précédente mais cela ne m’a pas empêché de fortement apprécier ma lecture. L’histoire reste centrée sur cette nouvelle génération, descendants du clan, et il y a même la liste des personnages qui aide davantage à se situer.

On retrouve Sunaomi (maintenant appelé Kasho), fils d’un traître, à qui on a laissé la vie sauve contre une vie de moine au temple de Terayama. Là-bas, il va rapidement se découvrir des pouvoirs qu’il ne maîtrise pas totalement. Ces derniers vont intéresser certains clans qui vont vouloir faire sortir Kasho du temple où il s’était résigné à vivre.

Une fois que l’on a bien compris les bases de l’histoire, on est très vite conquis par la fluidité du récit et la force des personnages. Il est difficile de ne pas s’attacher à Kasho que l’on suit tout au long de cette aventure. Sensible et malin, il ne peut que vous attendrir. D’autres personnages, tels que Masao ou Kaede, se démarquent et m’ont plu pour leur côté intrépide et loyal.

Lian Hearn m’a surprise par ces touches de surnaturels qui apportent un gros plus au récit. A chaque chapitre, de nouvelles révélations attisent notre curiosité, en plus des nombreux rebondissements qui nous tiennent en haleine.

Ce premier tome est bien au-delà de mes espérances. Moi, qui avais si peur d’être complètement désemparée par cet univers complexe, j’ai plutôt été conquise et j’ai déjà hâte de retrouver Kasho pour connaître la suite de son évolution dans ce monde fait de guerre, de magie et d’espoir. Fan du Japon et de sa culture et friand d’aventures, Les Enfants des Otori est fait pour vous.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort