Me connecter

Mot de passe oublié

La rédaction
Posté il y a 3 semaines
Une course-poursuite aussi palpitante qu’haletante

Conteurs hors pair, Jean-Philippe Arrou-Vignod et François Place ont le don de nous immerger dans des récits puissants et hauts en couleur qui se dévorent avec délice. Et lorsqu’ils mêlent leurs plumes pour écrire à quatre mains Olympe de Roquedor, le fruit de leur travail ne fait (oh, bonheur) pas exception à la règle !

« Elle n’avait qu’un espoir : disparaître dans l’épaisseur de la forêt. Courir, courir aussi vite et aussi loin que ses forces le lui permettraient. »

Orpheline de père et de mère, la jeune marquise Olympe de Roquedor a seize ans et vient de passer les quatre dernières années recluse dans un couvent, où son tuteur, l’intimidant Comte Enguerrand de Saint-Mesme, a choisi de la placer. Il décide de l’en sortir subitement, afin de la marier avec son fils unique, Foulques, dans le but de s’emparer du domaine dont elle est l’héritière.

Mais l’adolescente ne l’entend pas de cette oreille. Bien décidée à éviter ce mariage forcé, elle profite d’une embuscade en plein bois pour s’enfuir.

« Le seul loup qu’elle voyait, c’était le comte Enguerrand. Lui était venu ici, à Roquedor, pour lui ravir tout ce qui faisait sa vie. »

Impertinente, indomptable, forte, fière, Olympe n’a pas reçu une éducation genrée, de celle qu’on réserve d’ordinaire aux jeunes filles de sa condition. Aux antipodes des clichés de la demoiselle en détresse, elle parcourt avec agilité ces terres familières sur lesquelles elle avait l’habitude de chasser avec son défunt père. Accablé de voir la petite marquise lui filer sous le nez et effrayé par son père, le Comte de Saint-Mesme, Foulques lance à sa poursuite deux assassins, autrefois membres des Loups de l’Azeillan, qui réunissait malfrats, tueurs et pilleurs…

« Charles de Roquedor avait élevé sa fille unique comme un garçon : leçons d’équitation et d’escrime, en alternance avec les heures d’étude, plume à la main. »

Intrépide, Olympe a été élevée pour diriger le domaine dont elle est l’héritière. Elle est farouchement décidée à renouer avec la liberté dont on l’a privée durant ces années passées entre les quatre murs du couvent. Durant sa traque, elle croise sur sa route deux alliés inespérés : Décembre, un ancien soldat borgne qui cherche à rassembler les morceaux de son passé, et son complice Oost, un timide et mystérieux bègue, un brin superstitieux.

« Capitaine Décembre, pour vous servir. Celui-là s’appelle Oost, un brave garçon, quoiqu’à moitié batave. J’en réponds comme de moi-même. »

Trahison et complots, vengeance et duels… De cette course-poursuite aussi palpitante qu’haletante, je ne vous en dirai pas plus, on se régale à découvrir la tournure qu’elle prend au fil des pages. Mais je peux vous promettre une chose : vous n’êtes pas près de vous ennuyer. Dépaysement assuré ! Jean-Philippe Arrou-Vignod et François Place se lancent avec plaisir et beaucoup de complicité dans ce roman de cape et d’épée et y apportent une formidable bouffée d’air frais !

« Plus on la contraignait, plus elle aspirait à cette liberté qu’on lui avait ôtée. »

Avec leur héroïne au tempérament de feu et ses compagnons de route tout en nuances, les auteurs abordent des thématiques précieuses comme le consentement, la liberté, la place de la femme, le poids de l’héritage. On le lit d’une traite et, une fois terminé, on le referme avec un pincement au cœur de laisser ces personnages si hauts en couleur derrière nous. C’est qu’on avait l’impression de vivre chaque rebondissement à leurs côtés, à travers les sublimes illustrations qui rythment notre lecture. Mais il est temps de passer le relais : à votre tour maintenant de plonger dans cet inoubliable aventure !

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort