Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 4 mois
Un roman plus complexe qu’il n’y parait !

Je ne vais pas y aller par quatre chemins, il m’a fallu arriver à 100 pages de la fin du livre pour l’apprécier pleinement. Avant ça, l’univers enfantin m’a empêchée de me mettre vraiment dans l’histoire et d’en voir les points forts. Il m’a aussi fallu un bon moment pour comprendre où l’auteur voulait en venir, quels sujets elle voulait exposer et développer. Une fois que tout s’est mis en place dans ma tête, j’ai vu le potentiel du roman et l’intelligence des thématiques choisies.

En effet, l’auteur met en lumière l’écologie, le gaspillage alimentaire, la disparition des espaces verts et de tout ce qu’elle comprend mais aussi des sujets plus communs au genre comme l’amitié, la solitude et la famille. De son style simple et abordable, l’autrice nous emmène dans l’univers de Jolène et Ware, deux enfants opposés dans leur manière de penser. Jolène est pessimiste et pense que la vie est moche. Elle se décrit comme « réaliste ». Ware, au contraire, est un éternel rêveur qui croit que le monde est le « pays des bisounours ». Cette différence entre les personnages est expliquée par leur éducation divergente et leur vie de famille opposée. Ces deux personnages sont matures pour leur âge et ils sont très intelligents. J’ai aimé les voir chercher des solutions aux problèmes qu’ils rencontraient car leur façon de penser était méthodique et efficace. 

Malgré le caractère enfantin de l’histoire qui me correspond moyennement à l’heure actuelle, je pense que ce roman est totalement abordable pour le public ciblé. Je suis certaine que la manière dont les sujets sont traités et développés peut intéresser des enfants et leur inculquer certaines valeurs importantes. De plus, les chapitres courts rythment l’histoire et permet aux jeunes lecteurs de lire ce livre facilement. 

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort