Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 6 mois
Un roman jeunesse sur les victimes de la pédophilie
À lire l’extrait en quatrième de couverture de ce livre, je me suis dit « il va faire mal », car je m’étais dès lors imaginée beaucoup de scènes difficiles à lire. Les sujets de drames familiaux me font vite couler les larmes. Je n’ai tout de même pas hésité à me réserver une soirée pour le lire. Destiné à de jeunes lecteurs, ce livre est assez court, ça le rend très accessible même à un jeune public, et c’est justement la visée de l’autrice.
Claire Castillon signe cette œuvre littéraire remarquable par un clin d’œil à toutes les Alice qui se sont un jour retrouvées entre les mains d’un adulte qu’il n’aurait pas fallu qu’elles puissent croiser. Le livre est court, mais croyez-moi, le travail des différents temps de vie auxquels on aura accès et le caractère des personnages ont le temps et la manière de vous traverser de milles émotions.
Je me suis noyée sous ma couette à l’arrivée de Mondjo dans la vie d’Alice, je m’y suis noyée une deuxième fois lorsque la petite fille a appris à grandir avec, malgré ce que lui faisait cet homme, et j’ai heureusement pu sortir de sous cette couette en même temps qu’Alice sortait de ce cauchemar.
Quand il fut temps de conclure l’histoire de cette enfant manipulée et dont l’innocence fut volée par le meilleur ami de sa mère, j’ai vu mon cœur déchiré se reconstruire, tout doucement. C’est là le pouvoir des mots, c’est là tout le sens que prend un livre aussi fort qui se destine à reconstruire une image. L’image de la vérité pour ceux qui vivent sous les mensonges d’un autre.
Le coupable de cette histoire, ce n’est pas l’enfant, ce n’est pas la mère. L’autrice rappelle en effet l’importance de ne pas culpabiliser les victimes, qui pensent déjà être plus fautifs qu’elles ne le sont. Le sujet de la pédophilie est encore bien trop tût, quand je repense à ce qui a été la prévention dans mes différentes écoles. Il y a de quoi mûrir la réflexion sur ce qui doit être communiqué. Ce petit roman doit passer entre les mains du plus grand nombre, il partage tout ce qui doit l’être sur les sentiments difficiles qui sont à l’œuvre dans ce qui est appelée « l’emprise psychologique ». Alice y aurait sûrement trouvé de quoi palier à ses peurs si elle avait pu trouvé un tel récit dans le CDI de son collège. Ce livre délivre des mots qui ont de quoi ressouder les liens. De quoi aider les plus grands à affronter ce pourquoi ils ont fermés les yeux.

Pour conclure

J’ai apprécié le personnage d’Alice, dans ce qu’elle a pu partagé de son enfance à l’âge adolescent. Sa douleur d’être sans cesse aux prises avec les menaces de l’homme qui abusait d’elle et qui est le même pour qui elle a développé un attachement certain sans pouvoir partager quoi que ce soit de leur relation. La fragilité de son innocence n’a de cesse d’exploser entre les lignes. Le lecteur ne peut qu’être happé dans l’univers et les mots d’Alice qui nous fait entrevoir l’horreur quand elle devient « Anna ». Grâce à l’auteure et à son style d’écriture qui souligne les faits de la manière la plus appropriée selon moi, l’histoire m’a profondément touché. Ce livre ne peut laisser indifférent.

Il m’est arrivé pendant ma lecture de penser que les mots étaient si justes, les sentiments si réels que j’étais très certainement dans les pensées d’Alice, et le croire si fort qu’il n’y avait plus que les pages et les numéros de chapitre pour me ramener au fait que je lisais un livre.

Aussi, ce qui est remarquable dans un si court roman, c’est que le sujet est parfaitement traité : on parle d’une victime, de son histoire, des doutes qui la traverse, de ses sentiments d’effroi, de sa peur, mais à aucun moment je n’ai senti l’histoire pencher du côté du jugement des auteurs de pédophilie. Ce que vit Alice touche nos cœurs, mais cela ne pervertit pas le sens qu’a voulu donné l’auteur : donner la parole aux victimes. Je la remercie profondément pour ce texte qui a su prendre le parti de ne pas mettre davantage de violences, là où il s’agit de traiter un malaise de la société. Lisez-le, je vous le recommande à toutes et tous !

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort