Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 7 mois
Un récit vif et percutant…

« Je me suis dit que seize ans, ça n’était pas vieux. Je ne me sentais pas en âge de mourir. Je n’avais pas eu le temps de m’y préparer. »

Une fusillade lors d’un festival. Voilà de quoi parle ce roman. Ce n’est pas un sujet facile mais cette violence existe. Cette violence qui fauche des vies et en bouleverse d’autres. L’auteure a choisi ici de donner voix à cinq adolescents qui assistent au feu d’artifice, avant que des tireurs ne viennent s’attaquer à la foule. Ils partagent les uns après les autres ce qu’ils voient, ce qu’ils entendent, ce qu’ils ressentent, parfois très très succinctement. Juste quelques lignes. Elles suffisent.

« je ne me réveillerais pas indemne de ce cauchemar-là. »

Si j’ai mis un peu de temps à bien situer/différencier les cinq personnages au début de la lecture, il y a quelque chose que j’ai saisi immédiatement. C’est vif, percutant. Ça secoue. Leur cinq témoignages tout à fait mélangés donnent un rythme à notre lecture. C’est une façon d’illustrer l’incompréhension totale face à une situation inattendue et chaotique. Une situation qui met subitement leur vie en jeu.

« Je ne voulais pas connaître leurs raisons. Je ne le veux toujours pas. Je suis au courant de ce qui a ensuite été dit à ce sujet, mais j’essaie de ne pas écouter. Je refuse de lire leurs revendications. Il n’y a aucune raison, aucun motif, aucune justification possible pour ce qui s’est passé ce soir-là. Si je ne connais pas ces types, si je ne m’intéresse pas à leur cause, alors je l’anéantis. Ils m’ont pris tant de choses que je veux leur prendre au moins quelque chose. »

Ce récit nous file les frissons, nous marque. L’auteur y évoque le choc, la panique, la terreur, la colère, et surtout la survie de ces ados qui fuient. Parce qu’à ce moment très précis, ils ne pensent plus qu’à trouver le moyen de survivre à l’horreur. On commence alors à penser aux répercussions, à l’après, à ceux qui restent. C’est en ça que les dernières pages sont particulièrement bouleversantes. Il y a un après. Il y a de la force. Il y aura toujours de la force.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort