Me connecter

Mot de passe oublié

La rédaction
Posté il y a 4 semaines
Un été pour devenir soi-même

L’autrice de Tous nos jours parfaits (best-seller adapté par Netflix) et des Mille visages de notre histoire revient en force avec un nouveau récit particulièrement personnel.

Pour Claudine, surnommée Claude, c’est à la fin de son année de terminale, et le temps des premières fois. L’entrée à l’université, la séparation redoutée avec sa meilleure amie, Saz… et la première relation sexuelle, qui la fait fantasmer et l’inquiète en même temps. L’été s’annonçait bien : un road-trip californien avec Saz, la perspective de pouvoir se rapprocher de Wyatt, le garçon qui la fait craquer depuis longtemps…

Claude n’aurait jamais pu imaginer ce qui lui tomberait dessus sans prévenir : ses parents se séparent. Sous ses pieds, le sol s’effondre.

« Qu’est-ce qui fait que l’amour s’arrête ? Un jour, il y a de l’amour entre deux personnes, le lendemain, plus rien. Où va cet amour ? Un truc vivant, si puissant… comment peut-il disparaître comme s’il n’avait jamais existé ? »

Pour prendre de la distance avec la situation tendue à la maison, sa mère l’emmène passer un mois sur une île de la côte géorgienne, un endroit en dehors de tout et sans réseau. Malgré la beauté sauvage de l’endroit, Claude est en perte de repères et vit très mal ce bouleversement. Par-dessus le marché, rien ne va plus avec Saz qui semble s’éloigner d’elle. Pour mettre de l’ordre dans ses émotions en bataille, elle se met à écrire. En solitaire, elle noircit des pages et des pages, et se fait la promesse de partir à la recherche d’elle-même.

« J’ai un été entier pour devenir celle que je veux être, qui qu’elle soit. »

Peu à peu, elle prend ses marques dans cet environnement inédit, en compagnie des jeunes qui travaillent à l’année sur l’île. Parmi eux, il y a Jeremiah, qui l’attire irrésistiblement avec ses cheveux dorés et son sourire qui pétille. Très vite, une véritable intimité s’instaure entre Claude et lui. De nuit, sur la plage, ils se racontent leurs blessures en guettant la ponte des tortues de mer. Miah montre à Claude les moindres recoins de l’île qu’il connaît comme sa poche.

« On dirait qu’il est né dehors, sur la plage, peut-être, là où le soleil brille le plus. Il est direct, franc, naturel, complètement lui-même. »

S’ils conçoivent au départ leur attirance mutuelle comme une distraction, leur coup de foudre se transforme peu à peu en amour profond. Le lien qui les rapproche est une évidence, une intuition immédiate et inexplicable. Mais une ombre se profile au tableau : dans un mois, ils repartiront tous les deux sur le continent pour reprendre leur vie. Cela vaut-il le coup de tomber amoureuse tout en sachant qu’on va en souffrir ? Claude se questionne, mais décide malgré tout de vivre son amour à fond, dans les moments de bonheur comme dans les moments de doute.

« Je ne peux pas te dire ce qui va se passer demain, la semaine prochaine, l’été prochain ou dans cinq ans. Mais je sais que maintenant, à cet instant précis, sur cette île, je suis à ma place, avec toi. »

De son écriture au plus près des émotions, Jennifer Niven livre le portrait plein de justesse d’une adolescente contemporaine : famille qui se disloque, émotions du premier amour et des premières relations sexuelles, découverte de soi, acceptation des blessures…

Sur cette île, refuge en dehors de la frénésie du monde, Claude tente de se construire en dépit des failles de la vie, apprenant à défaire les murs qu’elle a bâtis autour d’elle-même pour finalement se révéler au monde telle qu’elle a choisi d’être.

L’Été de tous les possibles est bien plus qu’une romance estivale : c’est une histoire profonde et sans tabou, d’une beauté intime puissante, portée par la voix d’une grande autrice de littérature adolescente dans la veine du Soleil est pour toi de Jandy Nelson et de Qui es-tu Alaska ? de John Green. À dévorer en plein soleil !

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort