Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 5 ans
Trouble vérité

Ce roman commence avec la rencontre de Jule et de Noa dans une salle de sport. Leur conversation semble amorcer le début d’une amitié et elles conviennent de se retrouver le soir pour participer à une animation au sein de l’hôtel où elles résident. Or, le soir venu, Jule prend la fuite.

C’est le début de flashbacks qui nous emmènent entre présent et passé.

Rapidement, on comprend que Jule a l’habitude d’endosser plusieurs identités. Le jeu semble donc de découvrir pourquoi. Ce faisant, les chapitres nous font toujours plus remonter dans le passé et peu à peu, on est pris dans l’intrigue. Les rebondissements se suivent sans en avoir l’air. On croit avoir le temps d’échafauder des théories et l’auteure va encore plus loin que ce que l’on croyait. C’est un engrenage puissant. Emily Lockart tisse sa toile.

En nous projetant dans la tête de Jule, elle nous permet de réfléchir sur la condition sociale. Elle nous fait réaliser que les strates sociales ne sont au fond, pas si différentes les unes des autres. Le glamour n’efface pas les mauvaises choses.

Vous croyez savoir quelque chose et l’instant d’après, vous êtes détrompé. Vous croyez suivre une héroïne mais en réalité, c’est un prédateur que nous avons devant nous. Jule veut tellement effacer sa vraie identité qu’elle vit dans un mirage et idéalise ceux qu’elle côtoie. Elle les colle, telle une sangsue et aspire d’eux tout ce qu’elle peut jusqu’à ce qu’il n’y ait plus rien. Elle absorbe, comme une éponge et se réinvente sans cesse. C’est un caméléon social. Vous ne pouvez jamais réellement la connaître car elle-même a oublié qui elle est vraiment. Elle devient celle qu’elle veut.

Elle excuse ses gestes en s’inventant des excuses dignes de comics. C’est une sociopathe rongée par la jalousie.

Pourtant, malgré tout cela, on est curieux et c’est ce qui nous rend accroc aux pages. On veut savoir s’il y a une chance de rédemption pour elle. De plus, le premier chapitre, celui par lequel tous les autres tiroirs s’ouvrent, nous fait nous interroger. On plonge toujours plus dans le passé mais au présent, il y a cet élément, ce facteur inconnu qui nous interpelle. On ne le comprend pas alors on veut savoir d’où il sort.

C’est une quête. On n’est pas surpris par ce qui jalonne le chemin de Jule mais en même temps, si.

C’est incroyable car Trouble vérité nous emmène en terrain prévisible tout en maintenant nos nerfs à vif.

Résultat: on dévore les pages en un rien moins de temps. La fin arrive très vite et même là, on arrive encore à être surpris et à se dire « wouah ». C’est fort, très fort. Je n’avais pas vu venir ce dernier rebondissement. J’aime beaucoup. Nous avons une fin ouverte mais elle ne me dérange pas. Elle s’inscrit dans la logique du roman.

Mon bilan est donc positif. Ce deuxième roman m’a fait passer un très bon moment de lecture. J’ai apprécié le fait que l’auteure ne se soit pas reposée sur ses acquis. Elle se renouvelle et nous montre qu’elle sait écrire plusieurs registres. J’ai aimé être tenue en haleine. J’ai aimé être prise à contrepied en suivant l’opposé d’une héroïne. C’est une super expérience.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort