Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 3 ans
Terre-Dragon : Tome 1

Je pense que l’auteur entre dans mon top chouchou et que je lirais ses autres romans en particulier Le livre des étoiles. Depuis A comme Association, je surveillais au lointain Erik L’Homme, mais ce roman m’a achevée de me convaincre du talent dont fait preuve cet auteur. C’est un véritable conteur de la trempe de Pierre Bottero, on voyage, c’est aussi simple que cela, c’est une belle histoire et de la fantasy de cette nature, j’en redemande ! Je vais tenter d’étoffer mon engouement.

L’histoire nous conduit auprès d’un jeune garçon, Aegir, qui s’échappe d’une tribu pour tomber sur une jeune fuyarde, nommée Sheylis. Cette dernière semble être une apprentie sorcière et sa maladresse conduit les deux adolescents à être unis par un sortilège invisible. Sur leur route, ils croiseront un scalde (un barde), un vieil homme aveugle et pas si fou contrairement à ce qu’indique son surnom, des membres de la religion du Crâne… Bref une pléiade de protagonistes bien définis pour un premier tome. Toute cette troupe va se croiser, se séparer, se recroiser, se chercher, se camoufler, le tout à travers les paysages fabuleux constituant Terre-Dragon. C’est un voyage sympathique et prenant que nous offre l’auteur, mais c’est surtout un très bon premier tome, très prometteur pour la suite de l’aventure.

L’univers est très fort, simple, mais très travaillé et soigné. J’ai eu l’impression de voguer sur des terres nordiques et ce fut un voyage fort agréable dans le monde de Terre-Dragon. La carte est splendide, on s’y repère aisément, et les noms me faisaient déjà saliver et une fois le premier chapitre lut, je n’ai pas pu m’arrêter. En trois heures, je l’avais fini et je regrettais qu’il soit court. La magie est très intéressante, elle est liée aux trois divinités du monde, il y a des éléments très intéressants ; les différents clans sont fascinants, la religion, les chants de Rosk-le-Borgne sont captivants. Franchement, l’univers est peut-être simple pour les grands férus de fantasy, pour moi, c’est un festin savoureux de bonnes idées et d’ingrédients passionnants. Pour ceux qui connaîtraient, j’ai souvent pensé à Skyrim, un jeu vidéo super addictif et qui pareil, emploient religion, politique, dragon, divinités, éléments nordiques, combats, voyage et quête, prophétie et magie. C’est absolument fabuleux !

La plume de l’auteur est simple et efficace. C’est un beau style, les descriptions m’ont totalement enchantée, pas de détails superflus, juste ce qu’il faut pour laisser au lecteur le soin de faire le reste. On imagine facilement les décors, les vêtements, la vie à Ayhun, les personnages ; on entre aisément dans les pensées des protagonistes – même si certains demeurent mystérieux ; on se laisse prendre par le fabuleux voyage proposé et les notions sont très bien expliquées (et dans le roman, et à la fin de celui-ci, dans un petit lexique bien amusant). Je suis restée captivée par la grande imagination de l’auteur, sa facilité à nous la faire partager, mais surtout j’aime l’idée qu’il nous laisse se promener dans son monde ou imaginer le reste. On n’est plus vraiment un lecteur, mais un compagnon de route pour Aegir et sa troupe.

Les personnages sont intéressants et bien pensés. Ils restent sympathiques, attachants et mystérieux, et j’attends de voir comment ils vont évoluer au fil de leur pérégrination. Aegir est un bon héros sans trop l’être. On sent qu’il a quelque chose de différent, sa peau d’ours le rend identifiable, il paraît un peu faible et pourtant, sa force morale est impressionnante. J’ai beaucoup d’affection pour lui et son histoire me fascine. Doom est certainement un gros coup de cœur, j’aime ces personnages simples et drôles, un bon compagnon toujours prêt à aider et détendant l’atmosphère sans être lourd. Doom est un curieux barde vu qu’il ne sait pas bien chanter ni jouer d’un instrument, de ce fait, je m’interroge un peu sur ses motivations à parcourir le monde ; néanmoins, je l’adore. Gaan est très mystérieux, il est aveugle et il a pourtant de grands pouvoirs ainsi que des connaissances étendues. Loin d’être un vieux grincheux, j’ai beaucoup aimé sa présence. Sheylis possède un fort caractère et une bonne sensibilité, j’adore sa maladresse et sa bonne volonté, son histoire est par ailleurs bien triste. Elle aussi semble cacher des secrets intéressants à découvrir. D’ailleurs, j’y pense, j’ai l’impression qu’ils cachent tous des secrets ! Les autres protagonistes, comme Ishkar, Chakor, Sahr’râ, je vais me taire et vous laisser les découvrir par vous-même, ils m’ont beaucoup plût et je pense que nous tenons une belle brochette de personnages captivants qui ne demandent qu’à grandir dans le tome suivant.

En conclusion, le roman a pour seuls défauts d’être court et peut-être simple. Les courts chapitres permettent de se dire « tiens, un de plus, pour la route » et l’on s’aperçoit très vite qu’il est fini tant il s’engloutit rapidement. Seulement, il se digère très bien. Les ingrédients employés sont bien dosés, une bonne couche d’aventures, de l’humour, de la fantasy, un soupçon de référence nordique. On se sent dès le départ parti bien loin et ce voyage se fait en excellente compagnie, les personnages sont fascinants et ne demandent qu’à progresser. Ce premier tome possède une base de haute qualité grâce à une plume soignée et belle, simple et efficace, grâce à une imagination très forte qui laisse sa place au lecteur devenu plus qu’un simple lecteur, mais surtout grâce à un univers des plus captivants. Je ne vais pas m’étendre encore sur des kilomètres, mais c’est un coup de cœur pour ce premier opus prometteur et j’attendrais impatiemment la suite.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort