Me connecter

Mot de passe oublié

La rédaction
Posté il y a 5 mois
Sharon Cameron vous présente « La Lumière dans les combles »

Chère lectrice, cher lecteur,

Bien avant que l’idée me soit venue de devenir écrivaine, une femme était apparue sur mon écran de télévision et avait raconté sa vie personnelle au temps de la Shoah. J’ai été fascinée par son récit. Imaginez une adolescente et sa sœur de six ans, seules et sans ressources dans la Pologne occupée par les nazis, décidant de cacher un juif qui avait sauté d’un train à destination des camps de la mort. Cette jeune fille a ensuite décidé de cacher six autres juifs, puis encore six autres. Peu après, les nazis ont réquisitionné sa maison. Treize juifs sous les combles, quatre nazis juste au-dessous, une jeune fille et sa sœur entre eux. Elle s’appelait Stefania Podgorska et je n’ai jamais oublié son histoire.

Je ne m’étais pas rendu compte, à l’époque, qu’une graine avait été plantée.

Passons rapidement sur les vingt-cinq années suivantes, et me voici écrivaine. J’ai la possibilité de me servir de Google, à présent. J’ai pu retrouver les interviews intégrales de cette femme. Retrouver son fils et me rendre avec lui en Pologne, où nous avons rencontré la petite sœur de Stefania et l’une des femmes qu’elles ont sauvées. J’ai alors découvert l’un des récits les plus remarquables de courage personnel, de sacrifices, de résilience et de présence d’esprit qu’il m’ait jamais été donné de connaître. Ce n’était pas simplement une histoire que je voulais écrire. C’était une histoire qu’il fallait écrire.

La graine avait germé.

Elle a donné ce livre. La politique et la culture ont pu changer depuis les années 1940, mais pas les fondamentaux. L’amour engendre l’amour et la haine engendre la haine. Voilà pourquoi l’histoire des sœurs Podgorska est une histoire d’aujourd’hui autant que d’hier. Nous avons besoin de héros. Nous avons besoin de personnes courageuses qui se dressent et disent non à la haine. C’est exactement ce qu’ont fait les sœurs Podgorska.

Peut-être est-ce pour cela que je n’ai jamais oublié cette émission de télévision. Parce qu’une partie de moi souhaitait que je leur ressemble, ne serait-ce qu’un tout petit peu, si je devais être mise à l’épreuve un jour. J’espère que la lecture de ce livre vous inspirera la même envie.

Avec toute mon affection,

 

Sharon Cameron

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort