Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 1 an
Robin des Graffs – Muriel Zürcher

 

“Moi j’ai peur de mourir avant d’avoir fini de vivre.”

 

Sam est un jeune graffeur qui dessine des couples d’animaux sur les murs de Paris pendant la nuit. Discret comme une ombre, personne n’a jamais réussi à le démasquer, pas même la police. Son œuvre est presque achevée lorsqu’il croise la route de Lilibelle, qui risque bien de changer son monde à jamais…

J’ai choisi ce roman en premier lieu car je suis une grande amatrice des œuvres de street art. Lorsque j’ai commencé ma lecture, j’ai trouvé le scénario et les personnages particulièrement mignons. Les dialogues avec Lilibelle proposés par l’auteure sont eux aussi empreints de cette douceur et cette innocence propre à l’enfance. C’est comme un petit bonbon que l’on prend le temps d’apprécier à mesure que l’on tourne les pages. 

Le gros point fort de ce roman est indubitablement lié aux émotions qu’il dégage. J’ai un gros coup de cœur pour le personnage de Lilibelle, cette enfant que l’on a terriblement envie de serrer dans ses bras tout au long du roman tellement elle est attachante. Sam a lui aussi son petit charme d’artiste torturé par son passé et j’ai apprécié son évolution. Les personnages secondaires sont bien travaillés, et chacun a son utilité dans l’intrigue. Dans ce sens-là, le scénario est parfaitement maîtrisé. A noter également que la plume de Muriel Zürcher est légère, pleine de poésie et d’optimisme : un nouvel atout de taille pour ce roman.

En résumé, Robin des Graffs est un petit shot d’espoir, de vie et de douceur. Parfait pour les lecteurs à la recherche d’un roman feel good qui se lit rapidement, je vous recommande de le glisser dans votre valise pour le dévorer sur la plage pendant vos vacances d’été !

 

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort