Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 5 mois
Quand Timothée de Fombelle raconte Noël

Après avoir mis sa plume pudique, tendre, cotonneuse et poétique au service d’une magnifique histoire défendant le pouvoir de la lecture, Timothée de Fombelle réitère l’exploit de pourfendre notre sensibilité de lecteur avec un conte de Noël désarmant de justesse.

Si Capitaine Rosalie abordait la guerre, l’absence, les secrets et la tristesse avec une réserve majestueuse, cette nouvelle hivernale brosse au fusain le portrait d’un homme perdu, d’une humanité déclinante, et d’une lueur d’espoir vivace et fragile. À travers les destins croisés d’un petit garçon, d’un livreur de glaces et d’une hirondelle, ce sont les crises migratoires, la solitude, l’égoïsme, l’amour, la nostalgie, le regret et le délitement qui sont racontés avec une sincérité désarmante et une retenue déchirante.

Les instants figés et mis en couleur par le coup de crayon mélancolique de Thomas Campi nimbent le texte d’une atmosphère intemporelle, incarnée, vivace et saisissante. L’émotion nous saisit à chaque virgule, la tristesse nous coule entre les doigts, tandis que l’amour nous serre la gorge à chaque page.

Mieux vaut entrer dans le texte à l’aveuglette, et se laisser cueillir par cette journée de Noël racontée avec brio par Gloria et Freddy, et savamment orchestrée par l’auteur. Après cela, le destin prendra un tout nouveau sens, et peut-être apprendrez-vous à écouter cette petite voix qui vous supplie de ne pas vous laisser engloutir par la masse, l’habitude et les normes. Car derrière la tempête, le froid et la douleur, il se peut que la liberté vous tende les bras…

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort