Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 6 mois
Plongez dans l’Abysse…

« Pendant des siècles, les dieux avaient régné sur les Myriades en imposant une terreur sacrée. Ils avaient chacun un groupe d’îles pour territoire. Dans l’espoir de les apaiser, les humains jetaient à l’eau des victimes, et ils peignaient des yeux suppliants sur tous leurs bateaux afin d’implorer la pitié divine. Ils servaient les dieux, les craignaient et les adoraient. »

La lumière des profondeurs est présenté par l’éditeur comme un roman fantastique à l’univers original et fascinant, entre Lovecraft et Jules Verne. Je suis d’accord en tous points. On nous offre ici une lecture singulière avec un univers sur mesure. Je n’ai rien lu de similaire, mais après tout, c’est souvent le sentiment que j’ai en refermant un roman de Frances Hardinge.

L’auteure nous invite à parcourir l’archipel des Myriades, qui était autrefois une terre sacrée sur laquelle des Dieux régnaient avant qu’ils ne s’entre-déchirent. Désormais, des submersibles partent fouiller les fonds en espérant ramener les restes de ces Dieux pour faire fortune. Toutefois, plonger dans les profondeurs de l’Abysse n’est pas sans risque…

Dans ce roman, on suit Hark, un ado qui a suivi son meilleur ami Jelt dans une énième arnaque. Malheureusement arrêté, il est vendu aux enchères et se retrouve engagé au Sanctuaire pour trois années. Quand Jelt vient le trouver pour un autre projet fou, Hark est incapable de refuser. C’est de cette manière qu’ils feront une extraordinaire trouvaille. Mais peut-être auraient-ils mieux fait de laisser ce mystérieux objet au fond de l’eau?

Il faut plus d’une centaine de pages à l’intrigue pour s’installer et pour que le lecteur comprenne réellement où l’auteure souhaite mener Hark. En attendant, l’univers nous surprend, nous passionne, et il n’est pas bien difficile de s’y accrocher. C’est un récit assez long, mais ça en vaut la peine. L’aventure de Hark réveille bien des histoires sur les Dieux, qu’on écoute patiemment, et bientôt on en redoute les répercussions. C’est un roman que je vous recommande pour son univers captivant et la part d’exploration, mais aussi pour ce héros qui s’affirme au fil du récit.

« Les histoires étaient des créatures impitoyables, qui se nourrissaient parfois de péripéties sanglantes. »

 

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort