Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 7 mois
Mes coups seront mes mots : Une ode à l’art, une ode à l’amour

Un audacieux roman en vers sur un adolescent amoureux de poésie et de dessin, inculpé à tort à cause de la couleur de sa peau.

Aux côtés de Amal on entre au tribunal, on suit le procès, on écoute le verdict tomber… Et on se dirige vers la prison qu’on partagera avec lui pendant tout le roman. Un roman qui tente d’exprimer l’injustice de naître noir (de n’être blanc) et de se voir ainsi refuser certains endroits, certains droits, certaines justices.

Mais parce que Amal signifie espoir, les auteurs ne nous laissent pas dans la mélancolie et la tristesse, ils essaient de nous apporter de la lumière. Grâce à la famille, aux amis, à ceux qui croient. Qui croient en nous, qui croient en une justice, qui croient encore en leur rêve. Les auteurs nous transportent aussi grâce aux pouvoirs de l’art : la poésie, le dessin, la musique, la peinture. Tout est bon pour s’échapper, pour s’exprimer et pour dire au monde ce qu’on a au fond du cœur.

C’est d’ailleurs ce que les auteurs font. Ils racontent l’histoire de Yusef Salaam, inculpé à tort dans l’affaire de la « joggeuse de Central Park ». Lui aussi grand amoureux d’art il a su tirer profit de son histoire pour donner force et courage à d’autres.

Un récit fort et poignant, plein d’une rage débordante. On a envie de hurler, de se lever et de faire quelque chose, n’importe quoi. Tout plutôt que d’être témoin silencieux des injustices du monde. Un livre d’utilité publique qui peut et qui va éveiller les consciences, ouvrir les yeux et les cœurs.

Car à travers l’histoire d’Amal, c’est l’histoire du racisme moderne qu’on lit. Comment les préjugés et des années d’une histoire coloniale et esclavagiste ont façonné et façonnent encore notre mode de pensée et nos sociétés. Mais surtout, comment briser ces cercles vicieux du racisme.

 

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort