Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 3 semaines
« Mes coups seront mes mots », un roman en vers percutant

Mes coups seront mes mots est un roman en vers libres écrit par Ibi Zoboi avec la collaboration de Yusef Salaam, dont la vie a inspiré cette histoire. Il s’agit du récit d’Amal, un jeune adolescent afro-américain emprisonné pour un crime qu’il n’a pas commis. La poésie et la peinture assureront sa survie entre ces quatre murs oppressants d’injustice.

Il s’agit d’un roman poétique et percutant, criant de vérité. La voix d’un adolescent injustement condamné s’adresse à d’autres adolescents, et ses vers sont comme un cri qui éveille les consciences. J’ai été touchée par l’histoire d’Amal, et plus encore en sachant qu’elle est inspirée par la vie de Yusef Salaam, mais aussi par les vies tragiques de bien d’autres jeunes victimes de racisme. C’est donc un récit bouleversant mais aussi instructif sur le monde carcéral aux Etats-Unis. 

J’avais un peu peur en commençant ce roman que les vers libres soient utilisés gratuitement, de manière pas forcément pertinente et plutôt pour suivre une mode. J’ai été agréablement surprise de constater que ce n’était pas le cas. En effet, la forme poétique, en plus de faire écho au rap, permet de mettre en évidence subtilement le ressenti profond du jeune garçon, cette vision d’un monde injuste, en noir et blanc, cette boîte dans laquelle il a été enfermé et étouffe… Je regrette juste parfois quelques formules dont on sent qu’elles sonnent mieux en anglais, mais pour les non-anglophones, c’est une aubaine qu’il ait été traduit en français et la traduction est globalement très bonne.

J’ai adoré retrouver dans cette lecture le thème de l’art, libérateur. Amal est passionné de poésie mais aussi de dessin et de peinture et c’est ce qui fait sa force. Le roman met en évidence ce rapport instinctif que l’on peut avoir à l’art, qui est parfois comme une bouée de sauvetage. Cela ajoute une poésie supplémentaire au récit, la forme des vers libres permettant de retranscrire la beauté des couleurs et l’intensité de l’art d’Amal.

En conclusion, c’est un récit touchant, vrai, percutant et instructif, qui fait la part belle à la poésie et à l’art en général. A mettre entre toutes les mains, pour éveiller les consciences.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort