Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 2 mois
Mes coups seront mes mots – Ibi Zoboi

Auteur : Ibi Zoboi

Publié chez : Gallimard

Nombre de pages : 409 pages

Prix : 18€

Date de sortie : 3 juin 2021


Le résumé :

Amal, lycéen noir américain, ne vit que pour le dessin, la peinture et la poésie. Il suffira d’une bagarre. Juste une embrouille entre garçons pour que son existence bascule… et c’est la prison pour un crime qu’il n’a pas commis. Ce n’aurait pas dû être son histoire. Pourra-t-il la changer ?
Inspiré de l’histoire de Yusef Salaam, incandescent et vibrant d’énergie, un roman en vers livres comme un direct au cœur.


Qu’est ce que j’en ai pensé ?

8/10 – Une lecture coup de poing !

J’adore les livres en vers ! Alors quand Gallimard me l’a proposé, j’ai sauté sur l’occasion, et je les remercie pour leur envoi ♡ J’ai trouvé le roman à la fois dur, et à la fois non. Les phrases en vers adoucissent la dureté des mots, et même si tout arrive soudainement, tout y est décrit petit à petit.

Initialement, je ne savais pas que l’histoire était vrai, que c’était celle de l’un des deux auteurs, lorsque j’ai ensuite lu les remerciements, j’avoue avoir eu les larmes aux yeux, et ça m’a encore plus conquise dans mon expérience de lectrice. Je vous le recommande.

Je suis criminel. Il est victime. Je suis vivant. Il est presque mort. Je suis noir. Il est blanc.

On va donc suivre Amal qui est lycéen, qui est donc noir, et qui va être accusé à tord pour un crime qu’il n’a pas commis. Et malgré le procès, il est bien entendu déclaré coupable, et se retrouve en prison. Le roman est très poétique, non seulement grâce aux vers, mais également parce que notre personnage principal est passionné par l’art et la poésie. Et j’ai adoré les œuvres qu’il a essayé de réaliser en prison, qu’il essaye de toujours y croire. J’ai adoré cette partie questionnement de soi, et ce groupe de parole pour se questionner sur « est-ce que finalement je ne suis pas un peu coupable ? » la réflexion vous remue parce qu’on sent une telle vulnérabilité de la part d’Amal, ça m’a émue.

Et pourtant il n’a pas la vie facile, parce qu’en prison c’est dur. A la fois entre les autres détenus, et les gardiens, qui sont racistes et injustes, utilisant sans cesse de l’abus de pouvoir. Grâce à quelques séries et d’autres romans que j’ai lu, j’avais déjà ouvert les yeux sur le système judiciaire qui est clairement à désirer. Je vous recommande vraiment ce roman qui ouvre les yeux pour les personnes qui ne sont pas forcément au courant, tout en douceur. Et si vous êtes amoureux d’art et de poésie, vous ne pourrez également qu’être touchés par l’âme d’Amal qui est douce au possible.

Les regards scrutent à travers des écrans
voient chaque mensonge, décryptent chaque mot inventé
un sweat à capuche noir direct c’est un masque
un truc chelou que je fais avec mes doigts
direct c’est le code d’un gang
quelques bagarres et direct t’es un enragé
trois redoublements et direct t’es un teubé
genre tout ce que je suis, ce que j’ai été
direct ça veut dire

Un roman à découvrir, dévorer, qui vous fera du bien !

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort