Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

La rédaction
Posté il y a 5 mois
Lu & conseillé par la librairie Le Bel aujourd’hui

La fille du monstre, de Florence Aubry.
L’avis de Léonie Desbois, Librairie Le Bel aujourd’hui à Tréguier, publié dans la revue PAGE des libraires.

Du CM2 jusqu’à ses 25 ans, on découvre Tess. Elle, son père, sa famille et comment, en l’espace d’un instant, tout s’écroule. En pleine création à l’école, Tess dessinait, en toute innocence, un volcan quand son monde s’écroule. Son père, toujours entre deux trains pour donner des conférences, semble solide et prestigieux mais sa vie de couple s’effondre sans qu’il ne s’en rende compte. Puis son courage et sa vie tout entière implosent. Lui qui déteste les armes va devenir victime d’un « accident de chasse ». Sidération pour Tess jusqu’à ce qu’elle mesure l’impensable. Son père est-il mort ? Non, mais marqué à jamais. Un chemin douloureux et violent commence. Tess, remplie de colère envers son père, ne comprend pas la souffrance qui l’a poussé à tenter de mettre fin à ses jours. Lui qui logiquement doit montrer la voie, lui apprendre à surmonter ses peines et ses peurs. Peut-on lui pardonner ? « Il est la victime, pour toujours. » Comment se mettre en colère ? Et Tess devient aussi victime. Elle fait face : au harcèlement incessant et ravageur de ses petits camarades de classe, aux regards insoutenables d’inconnus, ainsi qu’aux dires des gens du quartier. Prise en otage d’une vie qu’elle n’a pas choisie. Comment faire pour retrouver son souffle ? Leur relation sera-t-elle toujours aussi étouffante ? Florence Aubry signe un livre qui nous bouleverse, nous interroge, nous perturbe. Elle nous offre un roman choc où l’erreur dérange. Elle nous heurte, nous met une claque avec des mots qui résonnent et questionnent. Un texte rude et nécessaire qui nous plonge dans nos propres retranchements. Aussi douloureuse que puissante, aussi incisive que percutante, cette histoire éveille notre esprit face à la défaillance. À partager absolument !

 

Logo_Page_esperluette

 

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort