Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 4 mois
L’honneur de Zakarya : brusque et brutal !

Isabelle Pandazopoulos écrit toujours des récits de vie forts, bouleversants, mais surtout impactants. Je vous conseille fortement de lire « La décision » si vous ne la connaissez pas. C’est celui qui m’a le plus remué de tout ses romans. Et en prime, elle écrit magnifiquement bien. « L’honneur de Zakarya » n’y échappe pas. C’est un récit brutal. Pour moi, c’est un roman sur lequel je ne peux pas dire si j’ai aimé ou pas, par rapport à son sujet mais aussi par les sentiments qu’il m’a fait ressentir. Je suis passée par beaucoup d’émotions ambivalentes, contradictoires. A chaque point que j’ai aimé, je peux également dire son contraire. « L’honneur de Zakarya » est sans contexte un livre qui marque. Je pense que toutes ses émotions sont voulues.

L’autrice nous fait ressentir une sorte de malaise sur le personnage de Zakarya. Autant il a réussi à me toucher, à me faire de la peine et autant certaines de ses réactions trop violentes m’ont mises vraiment mal à l’aise et m’ont vraiment dérangées.

Le personnage principal est un taiseux. À son image, le texte l’est tout autant. Il y a beaucoup de zones d’ombres, de non-dits qui même la fin reste sans réponses. Ça peut désarçonner et frustrer. C’est frustrant oui car d’un côté j’aurai tellement aimé savoir et en même temps j’ai trouvé ça habile et reflétant bien qui est le personnage et ce qu’il dégage.

Ce qui est fort dans ce récit c’est qu’il est criant de vérité et banal. Terriblement banal dans la résolution de l’histoire mais en même temps c’est cette banalité que l’on se prend en pleine poire comme un uppercut. C’est parce que c’est criant de vérité et de banalité que ça nous impacte, ça nous remue, ça nous touche. C’est ça que j’ai aimé fortement dans le récit. C’est que toute cette vérité, cette banalité, elle nous désarçonne et on se dit « p..ain oui ça se passe comme ça ». C’est une vérité terrible, une vérité d’amour, une vérité de jugement, de préjugés. Je garderai en tête un passage particulier, un cri du cœur de Zakarya qui m’a terriblement touché.

« L’honneur de Zakarya » est un roman brusque et brutal, à l’image que peut être la vie. Il m’a poussé dans mes retranchements et fait vivre des émotions ambivalentes. La vérité, la banalité à l’état brut… C’est désarçonnant, fort et marquant !

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort