Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 8 mois
Les longueurs
C’était une lecture terrible portée par une plume intelligente et délicate.

Alice vit avec sa mère depuis que son père est parti de l’autre côté de l’Atlantique. Les deux femmes sont complices. Alice aime l’escalade. Son professeur c’est Modjo, le meilleur ami de sa mère. Un jour, âgée de quinze ans, Alice apprend que les deux adultes sont désormais en couple. La jeune fille est perdue, comment sa mère peut-elle être en couple avec cet homme alors qu’elle entretient avec lui des relations sexuelles depuis l’âge de dix ans ?

Un roman sur la pédocriminalité.

Les Longueurs est un écrit jeunesse sur la pédophilie. Découvrir, par les mots de cet enfant victime, comment ce pédophile tisse doucement sa toile est révoltant et angoissant. L’autrice, Claire Castillon livre ici un texte fort qui montre toute la manipulation d’un pervers et les conséquences dévastatrices sur notre héroïne.

Alice sait que cette relation est interdite, que Modjo est une personne dangereuse avec un comportement anormal et malsain. Mais, elle aime. Ils vont se marier, il lui a dit lorsqu’elle avait dix ans sur ce bateau.

Alice à 7 ans, puis 10 puis 15 ans.

A qui pourrait-elle se confier ?

 A qui puis-je dire que je suis dégoutante? A qui puis-je raconter les mots de Mondjo, les râles, les respirations?

Un texte glaçant.

Une lecture difficile car les pages défilent et l’enfer d’Alice perdure dans le silence et la souffrance. Le lecteur face à cette horreur, lit le plus vite possible, jusqu’à la libération tant attendue. Les longueurs est un roman où la colère, l’incompréhension, le dégout sont omniprésents. Les mots font mal au cœur. Il est glaçant  parce que nécessaire. Et cette nécessité fait peur car si elle est présente, les victimes sont aussi là.

C’est ici toute la puissance de la littérature jeunesse.  Un récit important pour comprendre et donner une voix aux victimes.

La fin aurait cependant mérité peut-être plus de détails. J’aurais aimé suivre Alice pendant « l’après ». Je pense que découvrir cet après (comment elle parvient à s’en sortir ou non, le procès, la plainte au commissariat etc. ) serait un plus à ce roman afin qu’il donne des clés, des issues de secours aux victimes ou témoins.

Merci Gallimard Jeunesse pour cette lecture !

Merci Claire Castillon pour ce texte fort.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort