Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 8 mois
Les Longueurs de Claire Castillon, un roman fort.

Les Longueurs est un roman court mais percutant sur un sujet terriblement difficile et important. Je trouve que Claire Castillon a traité avec brio ce sujet d’une manière juste. En moins de deux cents pages, elle nous fait entrer dans la tête d’Alice, une jeune ville victime d’abus sexuels et sous l’emprise d’un ami de sa mère. C’est dur de voir Alice se construire autour de cette relation malsaine et abusive depuis son enfance. Pour elle c’est de l’amour et elle a beaucoup de mal à le voir autrement, on voit bien à quel point c’est confus dans son esprit.

À travers ses yeux, on voit l’horreur arriver, s’installer ; et elle, encore enfant ne pas savoir si c’est normal. On comprend comment cet homme parvient petit à petit à avoir de l’emprise sur elle et c’est glaçant. On comprend aussi que c’est difficile pour elle de prendre conscience de tout cela, on comprend pourquoi elle n’en parle à personne. C’est un roman très bien réalisé car à travers le point de vue d’Alice on comprend ce qu’elle ressent et ce qu’elle vit. Cela rend très facile l’identification du lecteur à ce personnage.

En cela, je pense que c’est un livre qui peut aider de nombreux jeunes qui sont ou ont été victimes. Le texte par sa puissance a un potentiel disruptif qui peut aider à la fois les victimes à se sentir comprises, à prendre conscience, à parler, dénoncer et commencer le long chemin de la guérison comme Alice. Mais il a aussi un tel potentiel de prévention, pour tous ceux qui assistent à de telles situations sans même le savoir à s’en rendre compte. C’est donc un roman à lire et à conseiller à tous. Sans que ce soit détaillé à l’extrême et malsain sans justifications, on saisit l’horreur de la situation et on est profondément mal à l’aise face au récit. La lecture est difficile mais elle est bouleversante.

Un roman qui ne nous laisse pas comme il nous a trouvé.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort