Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 8 mois
Les longueurs – Claire Castillon

Je ne suis pas la lectrice qui a le plus de coup de cœur, ni la lectrice qui a le plus de coup de foudre. Très peu de livres arrivent à me faire pleurer à sanglots après l’avoir refermé. Si cela m’arrive une fois par an… Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour que ça m’arrive cette année… « Les longueurs » fait partie de ces rares romans qui ont su me bouleverser au point de me faire pleurer, pleurer, pleurer, longtemps après avoir tourné la dernière page du livre.

« Les longueurs » c’est un roman essentiel, important et qui devrait être lu par la grande majorité d’entre nous. Il devrait être lu par les adolescents, par les parents. Il devrait se trouver dans les établissements scolaires. C’est un sujet auquel il faut sensibiliser les jeunes et peut-être que grâce à ce roman, certains se reconnaîtront et arriveront à trouver la force d’en parler autour d’eux, à un ami, à leurs parents, à un adulte, à la gendarmerie…

« Les longueurs » raconte l’histoire de Alice, victime du meilleur ami de sa mère, qui est aussi son entraîneur. De ses 8 à 15 ans, elle subira les agressions sexuelles, les viols et les diverses manipulations de cet homme. Un sujet fort et poignant pour lequel Claire Castillon trouve les mots pour l’aborder, pour nous percuter et nous bouleverser.

Un livre que l’on sent physiquement, ça nous prend aux tripes, ça nous remue, ça nous rend mal parce que ça nous percute, parce que c’est horrible et qu’avec mes yeux d’adulte, c’est difficile de comprendre et d’accepter que l’on puisse faire subir ça à un enfant ou tout simplement à un être humain. Parce qu’avec mes yeux d’adulte, j’avais qu’une envie c’était de venir en aide à Alice, de lui prendre la main et de l’amener au commissariat. Parce qu’avec mes yeux d’adulte, j’avais envie de lui mettre mon poing dans la figure à cet homme. J’ai ressenti cette lecture aussi mentalement. C’était éprouvant mais essentiel. D’ailleurs pendant les 180 pages, j’étais comme dans une sorte d’apnée. J’ai avalé le roman parce que je voulais savoir, voir comment l’autrice allait terminer cette histoire. J’ai tout retenu durant toute ma lecture pour qu’à la fin, à la dernière page, la remontée de toutes les émotions explose en moi d’un coup. Et à partir de là ça été le torrent de larmes…

Je n’ai aucun reproche à faire au roman, pour moi, il est parfait. Parfait pour aborder ce sujet et parfait dans l’approche de l’autrice, dans ses choix narratifs, dans la construction du roman. Le fait que l’on soit dans une double temporalité, rajoute de l’intensité et de la profondeur à la psychologie des personnages. On voit toute la manipulation que subit Alice depuis son enfance. Les phrases qui lui dits qui parait mignonne à l’enfant, revêt un sens horrible à l’adulte / au lecteur qui l’entend. On voit aussi la manière dont elle s’est construite autour de ces événements, comment son cerveau essaye de la protéger, de lutter contre la manipulation, tout en faisant rentrer ces actes dans une « normalité » …

Malgré son sujet, c’est une lecture que je vous conseille car elle est importante et essentielle. 165 000 enfants en sont victimes en France chaque année… Ce nombre est trop grand… Il ne devrait pas exister. Si vous tombez dans les pages de ce roman, soyez armés et préparés car elle ne vous laissera pas indemne autant émotionnellement et physiquement. C’est éprouvant et difficile à lire. Une grande et terrible claque !

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort