Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 4 mois
Les derniers des branleurs


Les derniers des branleurs de Vincent Mondiot
413 pages, éditions Gallimard jeunesse


Résumé : Pour Minh Tuan, Chloé et Gaspard, l’avenir se résume à la journée d’après. Les cours séchés, les joints partagés, les mangas lus dans la chambre de l’un, les jeux vidéo terminés dans la chambre de l’autre… Ils partagent tout, de leur désespoir tranquille à leur désintérêt absolu pour leur scolarité. Mais lorsque Tina, une jeune migrante bien plus sérieuse qu’eux, rentre dans l’équation, soudain, la possibilité de décrocher leur diplôme va devenir tangible pour ces trois branleurs autoproclamés. Mais en restant fidèles à leurs principes : le bac, ils ne l’auront pas en révisant…


Extraits : « Grandes bières : en avoir une à la main est une marque de reconnaissance entre âmes perdues. N’est étrangement pas vrai des bières de taille normale. »

« La vie, le monde, les gens, tout, ça rend triste, non ? C’est tous ceux qui vont bien qui ont un problème. Voire qui sont le problème. »


Mon avis : À quelques jours seulement du baccalauréat 2022, je suis l’actualité en lisant un roman à la thématique appropriée. Je découvre les portraits de quatre adolescents, surnommés « Les derniers des branleurs », puisque totalement passif en classe, préférant s’adonner à leurs loisirs plutôt que de réviser pour décrocher leur diplôme. Dans ce quatuor décadent, seule Tina, une réfugiée congolaise arrivée seule en France il y a quelques mois, se montre studieuse et concentrée. A côté, Minh Tuan, Gaspard et Chloé font figure de cancres. Les trois adolescents se saoulent sans vergogne, fument des joints sans se cacher, sèchent les cours où ils n’ont pas envie d’aller, sans pour autant que leurs parents s’inquiètent. Mais à quelques semaines seulement du bac, ils ont un élan de conscience : que vont-ils faire de leur vie ? La première étape, incontestablement, sera celle d’avoir ce fichu diplôme et de prouver à l’ensemble du lycée, du corps enseignant et de leurs proches, qu’ils ne sont pas seulement des branleurs.

Le titre peut certainement vous mettre la puce à l’oreille : Les derniers des branleurs a un vocabulaire cru, de jeunes, peuplé d’insultes, de familiarités et d’abréviations que l’on rencontre généralement peu dans les romans, même jeunesse. Ici, Vincent Mondiot a voulu s’adresser directement à ces jeunes souvent tête en l’air, qui prennent leur vie à la légère, se contentent du présent sans vraiment penser à leur avenir. C’est un livre insolent, dans lequel les 16-18 ans pourront facilement se reconnaître, puisque chacun passe inévitablement par une crise d’adolescence, où l’envie de tout envoyer balader devient très forte.

Mais derrière ces grossièretés se cache quand même un véritable message. Le but étant de faire prendre conscience aux jeunes qu’ils sont seuls maître de leur destin. C’est eux qui choisissent le sens à donner à leur vie. J’ai trouvé quand même particulièrement transparents les parents de ces adolescents, qui n’apparaissent à aucun moment. Je ne pense pas que cet aspect-ci reflète parfaitement la réalité… à moins qu’ils aient décidé depuis un certain temps de jeter l’éponge avec leurs enfants, voyant leurs efforts rester vains. Le fait est que, même si chacun doit décider de son avenir, il faut prendre conscience que plusieurs aides extérieures sont précieuses : les parents d’abord, qui prodiguent des conseils avisés, mais aussi les enseignants, qui ne sont pas uniquement là pour faire apprendre des leçons et donner des notes aux élèves, mais surtout pour les aiguiller sur leur avenir.

En définitive, ce livre prodigue peut-être un bon message de fond, mais il est enfoui sous une quantité de mauvais messages. Il est certain que lorsque j’aurais des enfants, même adolescents, je doute de leur donner spontanément cette histoire à lire. C’est vulgaire, avilissant, ça peut donner de mauvaises idées aux jeunes – sécher les cours, boire, fumer, tricher, insulter, manquer de respect à ses professeurs ou ses camarades… mais on doit avouer, malheureusement, que ça se rapproche bien trop cruellement de la réalité des faits.

Avant de clore cette chronique, je souhaitais adresser une mention spéciale pour les notes de bas de page rajoutées par l’auteur, qui sont à l’image du récit : décalées et bien marrantes. C’est l’une des rares fois où je lis ces petites notes et où j’y prends du plaisir. 


Un roman jeunesse assez grossier, à ne pas mettre entre toutes les mains, qui comporte néanmoins des messages optimistes et pleins d’espoirs : nous sommes seuls maîtres de nos destins. sympa, marrant, mais cru. 

Ma note : 7/10

Pour lire plus d’avis

 

ISBN : 978-2330136963

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort