Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 1 mois
Le procès du silence

Zakarya est accusé d’un meurtre qu’il affirme ne pas avoir commis. À son procès, le jury est confronté à son silence. Les experts et l’accusation déroulent un passé de violence.

En parallèle, des retours en arrière nous montrent les moments forts de sa vie, de l’abandon de son père à la fuite vers Paris, des petits trafics à la découverte du monde de la boxe. Et au duel qui s’est engagé avec Paco, un autre membre du club, issu lui, d’un milieu aisé.

La question de la parole donnée est centrale. Elle se dessine comme un héritage inversé de la figure du père qu’il s’agit de condamner.

Au-delà, c’est le silence qui dessine une voie toute tracée vers un retrait volontaire de ce monde si hostile.

Les figures féminines sont souvent les seules lumineuses avec la mère, l’avocate et l’amoureuse secrète. Ce n’est pourtant pas le cas de Zoé, elle-même en lutte avec ses propres démons.

Un portrait sombre de l’adolescence sans repère. S’il y a des moments de résilience tissés par le biais de rencontres, cela ne suffit pas toujours à renverser le destin.

À moins que justement son choix soit celui d’une certaine forme de liberté pour défendre son identité.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort