Me connecter

Mot de passe oublié

La rédaction
Posté il y a 4 mois
Le nouveau roman de Kamel Benaouda : un récit dystopique captivant

Après le succès de son premier roman, Norman n’a pas de super-pouvoir (lauréat du Concours du Premier Roman Jeunesse 2018, organisé par Gallimard Jeunesse, RTL et Télérama), Kamel Benaouda revient sur la scène de la littérature ado avec LX18, un roman dystopique profond et attachant.

Alors qu’ils s’apprêtent à partir sur le front, LX18 et tous les autres soldats altérés, génétiquement programmés pour ne ressentir aucune émotion, reçoivent l’ordre d’arrêter les combats. Après plus de soixante ans de conflit, la guerre est enfin finie.

Devenus inutiles, les Altérés sont incorporés à la vie civile. À 16 ans, LX18 et sa camarade, LX45, se retrouvent, du jour au lendemain, dans une classe de seconde avec pour seule aide, un “Guide des émotions” qui se révèle rapidement limité.

« Le Guide des émotions parle de l’expression du visage, mais il ne dit rien des inflexions de voix, des mots que l’on bredouille par peur de les entendre soi-même, des silences qui pèsent dans l’air, des gestes qui trahissent les sentiments. »

Au lycée, ils ne sont pas très bien accueillis. Depuis toujours, les soldats altérés sont vus comme des bêtes de guerre, susceptibles de causer du mal à tout moment. Le défi d’adaptation est donc de taille et la pression n’en est que plus grande car, s’ils échouent, l’État menace de les déclasser. En d’autres termes, les envoyer à la mort.

« On nous avait assuré qu’on se souviendrait de nous comme de ceux qui avaient sauvé la Nation. Où sont-ils, ceux qui sont censés nous acclamer ? »

Contre toute attente, LX18, désormais surnommé Hélix, trouve un ami en la personne d’Amir, l’un des rares élèves à ne pas le traiter avec dédain. Petit à petit, Hélix observe un changement en lui : des émotions comme des bulles qui naissent et se propagent dans son corps et sa tête, et le son étrange de son cœur qui tambourine à la vue de Philomène, auprès de laquelle il découvre le théâtre et la lecture…

« Je crois que je commence à percevoir comment les humains, parfois, en dépit de toute raison, sont prêts à tout sacrifier, tout détruire, y compris eux-mêmes, pour vivre une expérience étrange, ineffable, incertaine et inconstante : l’amour. »

Mais tous les Altérés ne s’en sortent pas aussi bien… Certains ne pensent qu’à poursuivre leur mission de protection des civils et créent une brigade clandestine, laquelle doit bientôt faire face aux attaques de groupes d’anti-altérés. Et puis, il y a ces disparitions inexplicables d’Altérés que la police ne s’empresse pas de retrouver… Hélix ne peut s’empêcher de mener l’enquête. Empêtré dans un double jeu, il va déverrouiller des secrets politiques et faire éclater la vérité impensable qui entoure la guerre, une guerre dont il ignore tout en réalité. Un chemin initiatique qui le mènera vers sa propre vérité.

« Est-ce qu’une note peut définir mon degré d’humanité ? »

Écrit comme un journal de bord du point de vue de LX18, ce nouveau roman de Kamel Benaouda nous plonge dans une aventure dystopique digne du film Blade Runner ! L’auteur y traite avec justesse de tolérance, de libre-arbitre et d’amour, tout en soulevant subtilement les problématiques de la différence.

À travers les yeux d’un personnage qui s’étoffe et se révèle à lui-même au fil des pages, LX18 questionne une société soi-disant progressiste qui revendique la production de soldats-outils pour justifier de ne pas détruire des familles. Un regard philosophique et édifiant sur la nature humaine et ses dérives scientifiques, qui rappelle celui de Bernard Becket avec son thriller futuriste Genesis sur l’intelligence artificielle, ou encore Felicidad de Jean Molla, un polar de SF qui dépeint la révolte d’androïdes au sein d’une société dystopique.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort