Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 3 semaines
Le matin de Neverworld

Je sais pas vous mais personnellement il y a certains tropes dont je me méfie un peu en littérature et les boucles temporelles en font partie. Après tout si il y a bien un style de romans qui peut vite se mettre à tourner en rond c’est bien un roman où les personnages sont bloqués sur  un moment. Se retrouver en vase clos, avec un personnage qui revit encore et encore la même journée, se heurtant à répétition aux mêmes problèmes, c’est l’archétype même du « ça passe ou ça casse ». Eh bien clairement, avec Le matin de Neverworld, je peux vous dire que ça passe carrément ! Je n’ai jamais eu l’impression de perdre mon temps avec des protagonistes tournant en rond pour rien, Marisha Pessl a su retenir mon intérêt du début à la fin sans aucun soucis !

Clairement ce n’est pas le roman à l’histoire la plus rapide du monde, on ne peut pas dire qu’il y ait un retournement de situation toutes les 10 pages, néanmoins Marisha Pessl prend le temps de faire évoluer son histoire et ses personnages et elle le fait bien. De plus, au-delà de l’enjeu global du roman, le récit est découpé en 3 sous-parties qui ont chacune des buts et des rythmes relativement différents, et ce tout en gardant une unité globale. Honnêtement j’ai été vraiment agréablement surprise de la construction du récit en lui-même, c’est pas quelque chose que je remarque forcément dans mes lectures mais ici j’ai vraiment pu apprécier cette structure particulière et bien précise qui apporte tout son poids à l’histoire.

Les personnages sont également bien construits, bien qu’on soit tout de même très centré sur l’héroïne Béatrice. Si on arrive à avoir un sentiment de familiarité en ce qui la concerne, on est un peu plus en retrait concernant le reste du groupe. Il faut dire qu’on les voit par le prisme du regard de la jeune femme et sachant qu’il y a énormément de secrets et de non-dits entre eux notre vision d’eux en est forcément biaisée. Pour autant cela n’est pas un point négatif puisque l’auteure en joue complètement pour que cela s’imbrique naturellement dans son histoire.

Néanmoins si je me suis totalement plongée dans ce récit et que cela fut une expérience très agréable en ce qui me concerne, j’ai également pu voir passer des avis assez divergents par-ci et par-là. Et je comprends un peu pourquoi dans le sens où puisque l’écriture de Marisha Pessl est assez particulière pour apporter une atmosphère plutôt unique, si vous n’y adhérez pas vous aurez peut-être plus de mal à accrocher au mystère dès le début, et de fil en aiguille l’expérience de lecture devient totalement différente. Du coup si l’histoire vous tente de base je ne peux que vous conseiller d’aller le feuilleter en librairie ou à lire un extrait en ligne parce que honnêtement si il pique votre intérêt il y a de grandes chances pour que vous n’ayez vraiment plus qu’à foncer sur Le matin de Neverworld pour passer un chouette moment de lecture !

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort