Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 11 mois
Le Matin de Neverworld

Un grand merci aux éditions Gallimard Jeunesse et à l’équipe OLPF pour l’envoi de ce roman!

Dans ce roman, nous suivons cinq amis qui se retrouvent un an après la mort de Jim, le petit-ami de Béatrice. Lors de cette soirée, survient un accident de voiture: ils se retrouvent alors coincés dans le Neverworld. Ce monde, entre la vie et la mort, les contraint à revivre la même journée à l’infini.

Même si je ne suis pas très fan des thrillers, son mélange avec le fantastique m’a convaincue. J’ai apprécié sortir de ma zone de confort, d’autant que la couverture et le résumé m’ont tout de suite attirés.

Nous suivons uniquement le point de vue de Bee dans cette histoire de boucle temporelle. Car oui, nos personnages sont bloqués dans cette journée sans fin, jusqu’à ce qu’ils votent pour celui d’entre eux qui aura la chance de survivre. On en apprend, bien évidemment, beaucoup sur chacun des personnages, dont la psychologie est complexe et dévoilent une personnalité double. Je n’ai, malheureusement pas réussi à m’attacher à eux, dans les circonstances où on les rencontre. Leur quête de liberté a créé des tensions au sein du groupe. Il n’est pas évident de revivre la même journée encore et encore, sans que nos pires instincts voient le jour. On découvre, par conséquent leurs lourds secrets concernant la mort de Jim et, par la suite, chacun devient un suspect.

J’ai mis du temps à rentrer dans l’intrigue, mais a fini par devenir assez prenante. On se pose tout un tas de questions sur la mort de Jim, sur Neverworld et sur la personne qui en ressortira vivante. On immerge dans l’histoire, étrange mais originale, si bien qu’on a la sensation d’être coincés de le Neverworld avec les autres personnages. Ce récit est plein de rebondissement et le dénouement m’a surprise, je n’ai rien vu venir.  Une chose est sûre, il ne faut pas se fier aux apparences. La plume de l’auteure est fluide et sa manière de traiter le temps et l’espace ont quelque chose de fascinant.
Le Matin de Neverworld a été une lecture sympathique et intéressante.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort