Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 3 mois
Le matin de Neverworld

Ce livre est, en soi, assez étrange. Au départ, on ne sait pas trop où on va, ni ce qu’il va se passer. Puis on se prend au jeu, et on le dévore. J’ai passé un très bon moment en découvrant la plume de Marisha Pessl.

 

Parlons de l’histoire d’abord. Un an après la mort étrange de son petit copain Jim, Béatrice retrouve son ancien groupe d’amis. Mais les retrouvailles tournent au drame et ils se retrouvent tous les cinq dans le Neverworld, coincés entre la vie et la mort, jusqu’à ce qu’ils choisissent qui d’eux cinq survivre : un seul le pourra.

Après avoir expérimenté un million de fois la boucle temporelle sans fin dans laquelle ils sont bloqués, le groupe en vient à la conclusion qu’ils doivent en profiter pour élucider la mystérieuse mort de Jim, avant de pouvoir faire le choix crucial qui les libérera.

 

Je m’attarde un instant sur le Neverworld en lui-même. Ce n’est pas un monde à part ou quoi que ce soit. Non, il s’agit d’une boucle temporelle (en l’occurrence de 11h), dans laquelle Béatrice et ses amis sont coincés. Ils revivent donc à l’infini leurs dernières 11 heures, et quand le temps est écoulé, ils retournent au début. En attendant, la réalité est comme en pause, rien n’avance ni ne change, quoi qu’ils puissent faire. Le temps se rembobine et efface leurs actes.

 

Si le début du livre est assez lent, on se prend vite au jeu lorsque le Neverworld fait son apparition, et encore plus lorsque commence l’enquête sur Jim. On veut en savoir plus et les pages défilent très vite.

Après, il n’y a pas grand-chose à dire sur l’intrigue. On a en gros trois parties : l’adaptation au Neverworld, l’enquête sur Jim, et le choix.

 

Par contre, je ne me suis pas trop attachée aux personnages, que ce soit à Béatrice ou à ses amis, Martha, Kipling, Cannon et Whitley. Mais ça ne m’a pas trop dérangée vu le contexte de l’histoire, et la fin assez prévisible.

Par contre, j’aurai quand même en savoir un peu plus sur eux, qu’ils ne restent pas des quasi inconnus.

 

Au final, c’est un texte des plus surprenants. On ne s’attend pas à la plupart des rebondissements et la révélation finale m’a carrément surprise.

Ce livre mérite d’être connu, c’est une histoire captivante et peu commune.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort