Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Posté il y a 4 ans
Le Livre de Perle, un pont entre réel et imaginaire

Voici un roman d’une beauté si singulière que l’on n’ose l’évoquer qu’à demi-mot. Il est de ces objets précieux et rares que l’on tient dans le creux de sa main — dans le creux de soi, aussi — et que l’on ne dévoile que pudiquement. Qui sait, poser nos mots gourds sur pareille merveille pourrait l’abîmer ?

Ah, mais non, n’hésitons pas. Les mots d’amour ne sont jamais maladroits.

Que raconte Le Livre de Perle ?

Iliån, prince maudit et exilé, a été propulsé dans un monde inconnu. Plus de fées, de devins ni de génies maléfiques, plus d’archers à la solde d’un tyran machiavélique, plus de métamorphoses ni de sortilèges. Iliån veut rentrer, poursuivi par la plus belle et la plus triste des motivations : un chagrin d’amour. Car, derrière lui, il a laissé Oliå. Une fée.

Traversant l’Histoire, Iliån cherche le chemin de chez lui. Heureusement que, dans ce nouveau monde aussi, il y a un peu de beauté ; il la trouve dans le cœur des Perle, ses parents d’adoption, et leur magasin de guimauves…

Concrètement, pourquoi est-ce si bien ?

  • La plume de Timothée de Fombelle, d’une élégance rare. Toute en simplicité, elle poétise avec grâce, au détour des branchages que le narrateur écarte sur le sentier.
  • Ce roman est un bijou par sa construction, une tapisserie fine dont les fils du présent et du passé s’entrecroisent.
  • Les personnages rencontrés laissent tous des traces derrière eux, les bons comme les mauvais. Et les amoureux séparés, ah… c’est une spécialité de l’auteur. Comme Tobie et Elisha ou Vango et Ethel, Iliån et Oliå le resteront longtemps.

Enfin (et à la rédaction, c’est ce que nous avons préféré) :

  • Le pont entre réel et imaginaire. Nous suivons le narrateur, un garçon ordinaire pensant avoir découvert le secret d’Iliån. Et, comme Bastien dans l’Histoire sans Fin, un pied dans la réalité, l’autre dans la fantaisie, nous plongeons corps et âme à la suite du prince maudit.

Ah… on a déjà envie d’y retourner.

 

1 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort

LaBinocle, 23 avril 2019 :

Les mots et les arguments sont merveilleusement bien choisis pour décrire Le Livre de Perle. C’est léger comme le vent, doux-amer, comme une pluie d’été… Bref, Timothée de Fombelle quoi !