Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 3 mois
Le deuxième tome de La Maison Chapelier, une suite encore plus magique !

Quel bonheur de se replonger dans la bulle enchantée de La Maison Chapelier, et d’y retrouver Cordelia et toute sa joyeuse clique ! Couleurs, magie, bienveillance, gaieté… tous ces mots réunis ne parviennent pas à retranscrire le véritable plaisir de cette lecture. Lire La Maison Chapelier, c’est avoir l’impression de tenir entre ses mains une petite perle scintillante pleine de rires et d’éclats de magie !

 

Si le premier tome avait été une jolie découverte, cette suite m’a charmée de la première à la dernière ligne. Tamzin Merchant nous offre un univers un peu plus sombre mais toujours éclatant, sans oublier une histoire captivante qui nous guide à travers les ruelles de Londres. Les aventures de notre jeune héroïne s’enchaînent sans répit, nous courons à ses côtés pour protéger l’essence de la magie. Pressés par une véritable course contre la montre, nous ne pouvons qu’encourager Cordelia et son imagination lumineuse, et la suivre dans des péripéties plus loufoques les unes que les autres. Grâce à notre pétillante petite chapelière et à toutes les  épreuves qui se dressent en travers de son chemin, pas une longueur ne vient perturber le récit qui parvient à rester dynamique tout du long. Montez avec les personnages dans le panier de la montgolfière et laissez vous emporter par le souffle léger de cette belle histoire !

 

Les compagnons de Cordelia sont toujours aussi attachants et attendrissants, suivre leurs mésaventures est un véritable plaisir. D’autant plus que dans ce tome, de nouveaux personnages se joignent à la petite bande et apportent une nouvelle pincée de folie !

 

La plume de Tamzin Merchant est tout aussi enchantée, son style est aussi bienveillant que son univers. Lire ses phrases est un vrai délice, et il faut dire que la traduction française de Marie Leymarie est d’une très belle qualité. Cela n’a pas dû être facile de traduire tous ces mots inventés et de ne pas perdre leur signification !

 

Ma seule petite déception concerne les illustrations. Paola Escobar est une fois de plus parvenue à sublimer le roman, mais ses créations sont inégalement réparties; toute une partie du livre est délaissée par les illustrations et c’est vraiment dommage.

 

 La suite de La Maison Chapelier est tout aussi prenante que le premier volet, si ce n’est plus ! Si vous recherchez une histoire lumineuse et réconfortante, n’hésitez pas à faire appel à Cordelia et à sa joyeuse clique !

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort