Me connecter

Mot de passe oublié

La rédaction
Posté il y a 5 ans
L’aube sera grandiose

« Jusqu’ici, nous marchions dans la nuit. Mais demain, camarades, l’aube sera grandiose ! »

Un soir, Titania, une écrivaine talentueuse et renommée, emmène sa fille Nine, seize ans, dans une mystérieuse cabane au bord d’un lac. Ce sera le moment des révélations, plus d’un secret sera dévoilé. C’est une nuit blanche que nous passons aux côtés de Titania et Nine, suspendus aux paroles de l’écrivaine qui raconte son passé, inimaginable, extraordinaire, bouleversant.

« J’adorais exercer sur eux le pouvoir extraordinairement consolateur des histoires que j’inventais. »

Cette nuit blanche va être une succession de flash-back et de moments présents, qui se correspondent implicitement, comme si le passé pouvait revivre par les mots. Titania raconte son enfance particulière, sa famille, les événements de sa vie, et Nine écoute, parfois pose des questions, rebondit sur certaines paroles. C’est un échange touchant entre une mère et sa fille, bien que certaines choses soient aussi difficiles à dire qu’à entendre, puis à accepter. Anne-Laure Bondoux, afin de renforcer ce lien maternel qui unit les deux personnages, ajoute des petites illustrations entre les chapitres qui sont dessinées par sa propre fille. La réalité rattrape la fiction.

« Le monde, tel qu’il est : avec son infinie beauté et son lot d’emmerdements. »

Tout comme Nine, au cours de cette longue nuit peuplée de récits aussi improbables qu’incroyables, nous allons découvrir, apprendre, et peu à peu comprendre de quelle manière sont liés certains personnages ou certaines anecdotes. Nous nous attachons au passé, et au présent : Nine et Titania sont une mère et une fille touchantes, sensibles et pleines de caractères. Les autres personnages dont nous parle l’écrivaine prennent peu à peu vie dans nos esprits comme s’ils étaient là eux aussi. On les aime tout autant, on ne souhaite pas les quitter non plus. Anne-Laure Bondoux a un don pour nous offrir des personnages si humains et si justes qu’on aimerait les avoir près de nous. L’auteure ponctue son récit de références historiques et culturelles pour accentuer le changement d’époque et dessiner une véritable ligne entre le présent et le passé.

« C’est l’heure magique, viens. »

Comme à son habitude, Anne-Laure Bondoux nous propose un récit poétique, magnifique, qui ne perd jamais de sa magie, quelque soit le langage ou la manière d’être des personnages. Si l’on pouvait lire les yeux fermés, on verrait autour de nous ce lac, cette cabane, ces deux hérons blancs aux plumes mouillées, ce soleil si lumineux, si flamboyant. Nous ne lisons pas cette histoire, nous la vivons pleinement. Parce que Titania nous fait penser à Anne-Laure Bondoux, avec son talent de conteuse, sa manie de mettre du suspens au parfait moment, et la poésie de ses histoires. Nous sommes sans cesse dans l’attente de ses prochains mots, et lorsqu’on tourne la dernière page, on les entend encore, ils vivent en nous. On sait tout, mais on aimerait en savoir plus encore, tant cette nuit blanche était belle, pleine d’émotions contradictoires et de révélations.

« Personne n’est jamais prêt. Le moment arrive, c’est tout. »

Ce roman est aussi grandiose que l’aube.

Article par Audrey de la chaîne Youtube Le souffle des mots.
Sur sa chaîne, Audrey partage avec vous son avis sur ses dernières lectures.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort