Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 1 mois
L’anti-magicien tome 1

Nous découvrons ici Kelen, un jeune homme de 16 ans fils d’une grande famille de mage, une des familles qui se disputent le pouvoir dans leur cité. Alors qu’approchent les examens pour devenir mage et obtenir leur nom de mage, un problème de taille se pose : il semblerait que Kelen n’ait pas de pouvoirs ! S’il ne parvient pas à activer une de ses bandes de magie, il finira déchu, voué à être le serviteur des mages. Mais ça, c’est sans compter son talent pour la ruse.

Ce premier tome est passionnant. On a le droit à une première intrigue qui se noue sans aucun souci à la découverte de l’univers et des personnages. Il est très rythmé, avec des trahisons, des altercations entre Kelen et des mages ennemis, des mystères à résoudre, une maladie, etc.

La notion de magie est très bien expliquée je trouve. La source de la magie se trouve dans une oasis, autour de laquelle le village c’est créé et où les apprentis s’entrainent afin de débloquer leurs bandes. En effet, chaque enfant se voit doté de plusieurs bandes de magie sur le bras, une par élément possible à manipuler, et qu’ils doivent débloquer au fur et à mesure de leur apprentissage. Lorsqu’ils se découvre une maîtrise, la bande s’illumine et leur permet de pratiquer cette magie n’importe où.

Toutefois, certaines personnes ne parviennent jamais à activer leur magie et deviennent alors des serviteurs, une caste au service des mages.

Les personnages sont tous aussi passionnants les uns que les autres. Kelen m’a beaucoup plu d’ailleurs. Ce n’est pas un héros classique du genre hyper doué en magie, etc. Non, au contraire, il n’en possède pas du tout mais ne se morfond pas pour autant (même s’il essaie par tous les moyens de débloquer ses pouvoirs). Il sait s’adapter et faire face à sa manière.

Il est vite rejoint par deux personnages tout aussi atypiques. Furia est une vagabonde très mystérieuse qui utilise un jeu de cartes de manière fort peu conventionnelle et qui n’a pas sa langue dans sa poche. Quant à Rakis le chacureuil… clairement c’est la tête brûlée du trio, qui veut se battre tout le temps et arracher des yeux. Bon en même temps, quand on est un chacureuil… disons que c’est dans sa nature.

La fin est ahurissante et je vais clairement attaquer le second tome dans la foulée, vu que j’ai également acheté tous les tomes parus d’un coup. En tout cas, si vous êtes amateurs de fantasy, n’hésitez pas et tentez cette série.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort