Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 6 ans
Lady Helen Tome 1

Je compte bien poursuivre cette trilogie parce qu’elle possède de beaux atouts en dépit de quelques petits couacs totalement personnels. J’ai apprécié l’univers et l’atmosphère, c’est un bon pavé riche et intéressant.

L’univers est fantastique. Nous avons des esprits de divers types presque liés aux pêchés capitaux je trouve, ils prennent possession d’humains pour semer la pagaille. Jusque-là, j’étais intriguée et la suite n’a fait que rendre les choses passionnantes et fascinantes. Il y a un club regroupant des Vigilants pour combattre ces démons, ils ont des pouvoirs et des dons pour les aider, des indics et la protection royale. J’ai beaucoup aimé l’univers soigné et riche qu’a su créer l’auteure. On en sait suffisamment pour apprécier ce premier tome, et elle sait garder des secrets pour la suite. J’ai hâte de voir cet univers s’étoffer, la formation d’Helen n’en est qu’à ses débuts et vu le final, le prochain tome risque d’être captivant !

Cet univers dense en matière de fantastique va de pair avec une atmosphère singulière. En raison de son statut d’héritière à marier, Lady Helen flirte entre deux mondes, celui des bas-fonds londoniens et celui des bals de la saison. L’auteure a su, avec brio, mêler horreur, fantasy noire avec rubans, dentelles et romance. Deux mondes qui cohabitent difficilement et pour lesquels, notre héroïne va devoir faire des choix. L’ambiance est parfois oppressante, lourde et violente, je pense aux dons de force, aux scènes des quartiers difficiles de la ville. L’auteure ne nous épargne aucun détail, et pour cause, elle a fait d’importantes recherches.

C’est un très gros atout. Alors, effectivement, ces recherches conduisent à un tout petit défaut, le côté parfois encyclopédique de l’ensemble. Ce roman dépeint avec force détails la période de la Régence : moeurs, histoire, vêtements, société, topographie, art et littérature, sciences… pas un domaine n’est épargné. Ce qui rend l’ensemble très riche, prenant, vivant et soigné. Chaque personnage apporte son histoire, ses connaissances, ses problèmes, ses lieux, son vocabulaire. Je me suis vraiment plongée dans cette époque que je connaissais si peu, ce qui m’a souvent perdue. J’ai jugé certaines descriptions un poil longues. C’est très peu arrivé, donc tout va bien. Sinon, le style d’Alison Goodman est formidable, calme et précis, fluide et captivant ; j’ai beaucoup aimé les dialogues, surtout entre Carlston et Helen.

La romance est pas très nette. C’est encore imprécis et flou, comme beaucoup de mystères lancés dans ce premier tome et qui constituent sans nul doute les futurs fils rouges. Carlston, Selburn, Helen, je ne parviens pas réellement à savoir ce que je veux, ni comprendre comment et pourquoi, même si j’avoue que le duo Carlston et Helen reste surprenant, explosif et tendu, fascinant. J’avoue que Selburn et Helen forment un charmant « couple »… Il n’y a rien de vraiment concret, d’où mes guillemets, mais c’est surtout parce que je trouve Selburn louche. Cependant, je garde mes réserves à son égard pour moi. Quant à Helen, elle a un très fort caractère, parfois un peu trop, mais ce n’est pas tellement ça qui m’a dérangée chez elle. C’est son côté « je veux tout savoir, sans les inconvénients bien sûr », toutefois, elle est très agréable à suivre, forte et sensible, différent. J’ai beaucoup aimé la suivre dans cette aventure et j’ai hâte de retrouver sa malice, son intelligence et sa vivacité d’esprit.

Je n’ai pas du tout apprécié Lady Margaret, Andrew (le frère d’Helen) et l’oncle d’Helen. La première me fait l’effet d’une groupie de Carlston, toutefois bien raide et aigre ; le second est ennuyeux et le troisième juste effrayant. Cette affaire d’Abuseur Suprême me rend très curieuse, les Abuseurs sont intéressants à suivre et à comprendre, Darby est touchante et forte, elle est loyale à Helen. Comme Quinn, j’ai beaucoup aimé ces deux personnages. Les personnages sont formidables, ils sont humains, ils ont leurs qualités et leurs défauts ; j’ai pris plaisir à les découvrir, à les suivre, à les voir interagir avec Helen, je les ai appréciés et détestés.

Je terminerais cet avis avec l’intrigue, simple et prenante. L’histoire comporte de nombreux rebondissements et des découvertes très intéressantes. C’est un premier tome d’introduction et il faut lui laisser du temps pour vous séduire et aborder le fond du problème. Malgré cette lenteur, l’action sait se rendre nerveuse et les bals savent adoucir l’atmosphère. J’ai eu pas mal de surprises, merci Carlston. Je n’ai pas encore parlé de lui, c’est presque indécent de ma part. Parce qu’il a un côté brut de coffre, sauvage et imprévisible. Il m’a souvent surprise, étonnée, touchée et je reste sur ma faim quant à son histoire. Il apparaît froid et distant, pourtant, il semble être plus doux. C’est un très bon protagoniste. Le final est ahurissant, c’est certainement un de mes passages préférés tant il est prenant.

En conclusion, j’ai passé un super moment de lecture. Si l’intrigue prend son temps pour s’installer, tout est bien présent pour d’emblée attiser notre curiosité. L’ambiance est soignée, les deux mondes connaissent un rapprochement inattendu, car les côtés fantasy noire et romance historique se mêlent agréablement. J’ai trouvé le tout original, fascinant, très bien documenté et écrit, troublant et charmant. Avec de super bons personnages et des petits mystères que j’ai hâte de voir résolus. Ce fut une très bonne surprise. Cet avis est très long, mais j’avais besoin de parler de tout ce que le roman nous présente, en espérant avoir une suite aussi brillante.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort