Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 3 mois
La maison Chapelier tome 2 : Une pépite de littérature jeunesse

Merci à Gallimard Jeunesse pour l’envoi de ce roman.

J’avais déjà adoré le premier tome et ça a été un plaisir de me plonger à nouveau dans cet univers pour ce second opus. Le ton de l’histoire, tantôt comique tantôt grave, est tout ce qu’on aime dans la littérature jeunesse : simple mais imagé, jouant adroitement avec les mots. On rigole, on frissonne et on passe par tout un tas d’émotion à travers notre lecture.

La conclusion des aventures de Cordelia est brillante et entrainante, à l’image de l’héroïne de La maison Chapelier. Un coup de cœur garanti pour les jeunes (et les moins jeunes) lecteurs.

Un Londres magique et enjoué

J’adore le fonctionnement de la magie dans l’univers de La maison Chapelier car il a quelque chose de fondamentalement positif. L’idée que la magie vient des gens et que des accessoires décorés d’objets aux noms farfelus peuvent les aider à l’exprimer me plaît beaucoup. Mais si le roman est jeunesse et positif, pas de naïveté pour autant : on voit aussi les vices, la jalousie et le mauvais emploi qui peut être fait de cette magie.

En plus de la magie des Artisans, on découvre dans ce second tome des lieux enchantés, une bibliothèque bien étrange et des magies un peu moins belles… En tout cas j’adore ce Londres coloré aux habitants aussi farfelus que leurs vêtements qu’a construits Tamzin Merchant. Il me rappelle un peu l’esprit de la boutique de farces et attrapes des jumeaux Weasley au Chemin de Traverse, mais étendu à la ville entière !

Une course contre la montre

Dès lors que Witloof s’échappe (de façon spectaculaire, il faut le dire) lors de son exécution, Cordelia se retrouve embarquée dans une course contre la montre pour trouver l’objet qui permettra de le contrer et de l’empêcher de détruire la magique. Ce tome 2 est donc un véritable page turner qui nous tient en haleine jusqu’au bout.

Entre Witloof à arrêter et la recherche de son père, plus ses secrets à cacher et ses amis à aider, Cordelia ne s’arrête jamais. Le livre est un joli concentré de suspens et d’action qui se termine en feu d’artifice par une bataille encore plus époustouflante que celle du premier tome. Un roman jeunesse comme on les aimes : simple mais efficace, avec un max de rebondissements !

En conclusion

Un roman aussi simple, magique et pétillant que possible. La maison Chapelier illustre tout à fait ce que j’aime dans la littérature jeunesse, cette fantasy farfelue mais porteuse de sens qui fait sourire et que petits comme grand prennent plaisir à lire !

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort