Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 3 mois
La maison Chapelier, tome 2 : la société secrète

« Nos chapeaux sont un peu comme des livres, commença-t-elle. Ils contiennent de la magie, mais c’est au lecteur de la réveiller. Sans le lecteur, la magie n’opère pas. Exactement comme pour les chapeaux. »

Donner son avis sur un deuxième tome (ou plus) n’est pas une chose facile à faire. En ce qui me concerne, en tout cas, j’ai toujours peur d’en dire trop et de dévoiler des éléments cruciaux de l’intrigue, ou au contraire de rester en surface et de rédiger une chronique vide de sens, d’intérêt. Je vais donc faire de mon mieux pour rendre justice à celui-ci, parce qu’il le mérite.

À bien des égards, je peux affirmer que la duologie de Tamzin Merchant est une réussite. Pour commencer, le travail réalisé sur les couvertures est superbe (les objets livres en eux-mêmes ainsi que les illustrations disséminées dans l’ouvrage le sont également — on salue donc la patte artistique et le talent de Paola Escobar puisque le rendu est un régal pour les yeux). Aussi, l’histoire est sympathique, les personnages cruellement attachants, le glossaire fabuleux (les ingrédients utilisés sont complètement farfelus, c’est génial), l’univers étoffé, le système de magie unique en son genre, la dynamique familiale touchante.. et il y a une vraie poésie qui se dégage de tout ça. Vraiment, je n’ai rien à redire ou à reprocher.

« Tu es toi-même la magie que tu cherches, petite Chapelier. (…) Tant que nous pouvons voir les étoiles, nous ne sommes jamais vraiment perdus. »

Si vous avez aimé le monde créatif et coloré des Chapelier dans le premier tome de la duologie, je ne peux que vous conseiller de poursuivre sur cette voie et de découvrir la suite des aventures de Cordélia et ses amis. Une nouvelle fois, nous plongeons au cœur d’un Londres débordant de secrets, de magie et de complots ; quel plaisir !

Vous l’aurez compris, j’ai passé un agréable moment de lecture en compagnie de notre pétillante héroïne — mieux, je pense que cette duologie fait partie de mes meilleures découvertes dans cette catégorie ! Et croyez-moi, elle peut être lue par des enfants comme des adultes. Le public visé a beau être jeune, tout le monde peut s’y retrouver et adorer.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin et c’est ici que le récit des Chapelier (pour ne citer qu’eux) s’arrête. Il ne me reste plus qu’une chose à faire : attendre que ma fille grandisse et espérer qu’elle ressente les mêmes choses que moi en découvrant cette histoire.. enfin, si elle aime lire, bien sûr. Et pour le moment, je vais recommander cet ouvrage parce qu’il devrait être lu par le plus grand nombre !

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort