Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 10 mois
La maison Chapelier tome 1

Merci aux éditions Gallimard jeunesse pour l’envoi de ce roman.

Quelque part entre La Passe Miroir et Alice aux pays des Merveilles, il y a la maison Chapelier. Pour vous donner le ton, l’ambiance par là-bas est très similaire à celle qu’on a sur le pôle d’Anima, et l’histoire quant à elle a cette folie magique qui nous rappelle l’histoire d’Alice. Le mélange parfait pour un roman que l’on prend plaisir à dévorer !

La maison Chapelier

Le lieu qui donne son nom à la saga fait aussi une partie de sa magie : on aimerait tous vivre dans la maison Chapelier.

Entre les meubles qui ont du caractère, la bibliothèque fascinante et l’atelier dont on aimerait explorer tous les recoins et découvrir tous les secrets, le décor planté par l’auteure a de quoi faire rêver ! On s’imagine sans mal cette maison parfumée par les délicieux petits plats de Coco, la cuisinière. On visualise parfaitement la boutique, au rez-de-chaussée, remplie de chapeaux colorés et fantasques.

Bien sûr, la magie du roman tient aussi au style de l’auteure qui est dynamique et imagé, donc absolument parfait pour un roman jeunesse comme celui-ci.

Les artisans

Dans le monde coloré de La maison Chapelier, les vêtements et accessoires ont une influence sur le comportement de ceux qui les portent. Ils sont donc fabriqués avec précision et maîtrise par les artisans, cinq grandes familles dont chacune est spécialisée dans un objet. Nous rencontrons donc au cours du récit les Bottier, les Tailleur, les Gantier et les Horloger qui sont les quatre concurrents de nos Chapelier.

Cette magie originale de l’univers nous est peu à peu expliquée par Cordelia : l’humeur de l’artisan déteindra sur sa création, et les différents ornements qu’ils ajouteront (comme des rubans, des sequins ou des plumes par exemple) apporteront des propriétés au chapeau. Ainsi, une plume de corbeau carriériste (je vous laisse au passage admirer l’inventivité et l’humour de l’auteur dans la création des éléments) rendra le porteur du chapeau plus fier. Mais comme tout art, le dosage doit être précis, sans quoi les objets et leurs porteurs risqueraient de devenir incontrôlables !

Cordelia mène l’enquête

Le roman commence sur un évènement notable : la disparition en mer du père de Cordelia. Dès lors, notre jeune héroïne, convaincue que son père a survécu au naufrage de son navire, décide de tout mettre en œuvre pour le retrouver.

A partir de ce moment, les péripéties toutes plus improbables les unes que les autres s’enchaînent. Cordelia a mille mystères à résoudre et ne sais plus où donner de la tête, et on ne peut qu’admirer son courage et sa ténacité alors qu’elle ne perd pas de vue son objectif premier. Il s’agit d’une héroïne intelligente qu’on prend beaucoup de plaisir à suivre, et dont les idées sous souvent aussi loufoques que brillantes.

C’est d’ailleurs ce qui donne au roman ce côté très « Alice aux pays des merveilles » dont je vous parlais dans l’introduction de cette chronique, qui apporte de la fraîcheur au récit.

Une intrigue bien emmêlée

Dès le début et en voyant les comportements plus que suspects de certains personnages, on comprend qu’il existe un schéma d’ensemble et que tout est lié. Mais le résultat final… On admire le travail de l’auteure et la façon dont elle a pensé le livre, les rebondissements sont juste un régal à découvrir et on suit avec beaucoup de plaisir les aventures de Cordélia !

Conclusion

Un excellent premier tome pour cette saga jeunesse qui n’a pas fini de nous surprendre et de nous épater. Je ne peux que vous recommander de vous plonger dans les histoires de la famille Chapelier : de belles heures de lectures garanties et un démarrage en fanfare qui promet une suite fabuleuse !

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort