Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 3 semaines
Hôtel Castellana par Ruta Sepetys

J’avais beaucoup entendu parlé de cette auteure et j’avais hâte d’enfin lire un de ses livres. J’ai bien aimé ce roman historique bien que certains éléments m’aient laissée quelque peu perplexe.

Concernant l’aspect historique du roman, il m’a énormément plu ! J’ai commencé ce livre en ne sachant pratiquement rien sur l’Espagne gouvernée par Franco et j’avais soif d’apprendre. J’ai donc découvert une Espagne vingt ans après la Guerre Civile mais toujours sous la dictature de Franco, une Espagne qui a rouvert ses portes au tourisme et qui voit arriver, entre autres, la famille américaine Matheson. C’est grâce à la passion du fils, Daniel, pour la photographie, que nous lecteurs, allons être embarqués à la découverte de ce pays aux conditions de vie si difficiles. C’est ainsi que j’ai appris pour les conditions salariales de misère des espagnols ou encore pour le vol de bébés dans les maternités et couvents ainsi que de leur vente… Que d’horreurs que je n’aurais jamais pu imaginer et que l’auteure condamne grâce à ce roman.

J’ai également beaucoup aimé le choc des points de vue qui, à mes yeux, illustre parfaitement l’atmosphère qui régnait alors. En effet, dans ce livre, nous suivons deux personnages : Ana, femme de chambre à l’Hôtel Castellana qui habite Madrid et Daniel, touriste américain venant du Texas et client de l’Hôtel Castellana. Nous avons donc d’un côté la vision d’Ana, qui nous montre toutes les difficultés qu’elle (et tous les habitants de Madrid) rencontre pour gagner sa vie et aider sa famille avec laquelle elle vit dans un appartement d’une seule pièce. Et de l’autre côté nous avons la vision de Daniel, une vision extérieure de touriste qui ne sait et ne voit de l’Espagne que ce que le gouvernement de Franco veut bien laisser voir. C’est assez choquant et donc parlant, de voir que la misère de milliers de personnes est restée secrète, étouffée, durant des années.

Le fait est donc qu’historiquement parlant, ce roman est très intéressant. Néanmoins, je n’ai pas compris quel était le but de l’intrigue et ainsi de l’auteure. Nous avons une première partie assez informative, qui nous fait découvrir la vérité en même temps que Daniel, puis une seconde partie qui se déroule des années plus tard et qui conclut l’histoire sans toutefois lier les deux parties, comme si aucun fil conducteur n’existait entre les deux. Cette coupure chronologique m’est donc apparue comme une facilité permettant à l’auteure de ne pas tellement s’engager réellement dans la problématique traitée mais plutôt simplement de la relater. De même, je n’ai pas ressenti d’implication particulière de la part des personnages pour réellement jouer un rôle dans l’Histoire. Au final il n’y a pas d’enjeux, que ce soit les protagonistes ou les lecteurs, ce roman nous laisse, tous autant que nous sommes, au statut de simple spectateur de cette période, ce qui pour ma part, fut réellement frustrant.

Je garde tout de même un bon souvenir de cette lecture car ce que j’aime avant tout avec les romans historiques, c’est apprendre et ce fut le cas ici. Pour autant, je reste dubitative sur la volonté de l’auteure avec ce roman. Parce que du point de vue de l’intrigue, je trouve un peu creux qu’il ne s’agisse que d’informer et pas d’agir. J’ai donné à ce livre la note de 13/20 ☆

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort