Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 3 semaines
Hôtel Castellana

Hôtel Castellana de Ruta Sepetys

587 pages, éditions Gallimard jeunesse


Résumé : 1957. Daniel Matheson passe l’été à Madrid avec ses parents. Passionné de photographie, il espère découvrir le pays de naissance de sa mère par le viseur de son appareil.
Dans l’hôtel Castellana où s’installe la famille Matheson travaille la belle et mystérieuse Ana. Daniel découvre peu à peu son histoire, lourde de secrets, et à travers elle le poids de la dictature espagnole. Mais leur amour est-il possible dans un pays dominé par la peur et le mensonge ?


Extraits : « Parfois, la vérité est dangereuse, Julia. Pourtant, il faut quand même la chercher. »

« Dis toujours que ça va, surtout quand ça ne va pas. »


Mon avis : Ruta Sepetys m’émerveillera toujours. Je peux l’écrire noir sur blanc : elle devient officiellement l’une de mes auteures préférées. J’aime particulièrement son talent pour créer des univers différents, toujours ancrés historiquement, auxquels elle ajoute une bonne dose de fiction, pour nous envelopper et nous transporter dans des contrées lointaines. Elle m’avait déjà surprise dans Big easy, une histoire qui se passe dans les années 50 à la Nouvelle-Orléans, entre truands, voleurs, prostituées et racisme. Puis elle m’avait conquise avec Le sel de nos larmes, une histoire très émouvante se déroulant pendant la Seconde guerre mondiale, où des réfugiés, des soldats et citoyens fuient la guerre en tentant vainement d’embarquer à bord du Wilhelm Gustloff.

Dans Hôtel Castellana, nous nous situons dans les années 1957 à Madrid, en Espagne, à l’heure du règle du général Franco. Daniel Matheson, un jeune Américain, passionné de photographies, suit ses parents à Madrid, de riches industriels venus faire affaire avec Franco et ses sbires. Ils logent à l’hôtel Castellana Hilton, où ils se font servir par Ana, une jeune femme pauvre, qui subit avec docilité la dictature cruelle de Franco.

Comme d’habitude, Ruta Sepetys ancre son récit dans le réel. Cette fois-ci, elle prend appuie dans l’Espagne franquiste, à l’heure de la dictature du général, qui gouverne son pays avec autorité et répression. Afin de christianiser le pays, l’enseignement est confié à l’église, les manifestations des langues et cultures régionales se veulent interdites, le peuple est privé de liberté, obligé d’obéir aveuglément aux directives de Franco.

 

 

Francisco Franco, dictateur Espagnol durant 39 ans
(de 1936 jusqu’à sa mort en novembre 1975)

 

 

 

 

L’auteure a pris plus de huit ans pour écrire ce roman. Elle s’est longuement documentée sur l’Espagne, ses pratiques, son histoire passée, présente et future, sur ses liens avec les États-Unis, n’hésitant pas à aller séjourner plusieurs fois à Madrid et à interroger patiemment des témoins de ce règne et de cette période de répression.

Elle y découvre de tragiques histoires, dont une qui sera au centre de son roman : le vol d’enfants. Durant les années franquises, près de 30 000 enfants – voire plus – sont portés disparus, retirés à leurs parents pour des raisons idéologiques. Certains sont déclarés comme mort-nés, mais placés dans des familles adoptives franquistes, dont l’idéologie est plus adéquate que celle de leur parent biologique. Retracé avec réalisme dans le livre, on se rend compte avec effroi que le personnel médical, ainsi que les religieuses, étaient de mèche avec ce trafic ignoble. Encore aujourd’hui, plusieurs plaintes ont été déposées et des procès sont en cours pour que les victimes soient indemnisées.

En outre, l’hôtel dans lequel se déroule l’histoire a véritablement existé. C’était un établissement fastueux, grandiose, qui accueillait l’ensemble des Américains venus en Espagne pour les affaires. Dans un pays qui s’isole volontairement, cette ouverture sur le monde et ce lien nouveau avec les États-Unis permettait de penser à une prochaine libération et à une ouverture des frontières.

C’est dans cet hôtel que loge le jeune Daniel, qui va lentement s’émouracher d’Ana, une belle domestique de son âge, qui prend soin de lui et sa famille durant leur séjour. Malheureusement, tout les oppose, de leur statut social à leur style de vie, de leur pays d’origine à leurs traditions. Mais quand l’amour est là, il est difficile de lui résister.

J’ai vraiment été conquise par l’histoire fictionnelle relatée par l’auteure, par son style d’écriture addictif, prenant, passionnant et surtout par l’ambiance qu’elle arrive à créer, nous projetant directement dans cet Espagne des années 1960. De part les faits historiques, mais aussi les traditions, comme la corrida, souvent abordé dans ce récit – sans pour autant que l’auteure prenne partie entre le « pour » et le « contre » de cette pratique espagnole -, les couleurs chatoyantes, les paroles, exotiques, les lieux, tantôt emblématiques ou pittoresques, qui nous immergent dans la réalité espagnole de cette époque.

Pour celles et ceux qui, comme moi, auront été conquis par cette histoire et par les faits historiques qui y sont abordés, Ruta Sepetys a rédigé, à la fin de son livre, une grande bibliographie qui l’a aidée à le rédiger. De plus, vous pourrez y trouver des explications sur certaines recherches qu’elle a entreprise, ainsi qu’un glossaire recoupant les mots espagnols régulièrement utilisés dans le récit. De quoi prolonger un peu plus longtemps le plaisir de cette histoire.


UN ROMAN HISTORIQUE, QUI NOUS PLONGE DANS L’ESPAGNE FRANQUISTE DES ANNÉES 1960. HYPNOTIQUE, ÉPATANT, PUISSANT ET TERRIBLEMENT ÉMOUVANT, JE NE PEUX QUE VOUS RECOMMANDER HÔTEL CASTELLANA LES YEUX FERMÉS !

Ma note : 10/10

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort