Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 3 semaines
Dévisagée par Erin Stewart

J’ai adoré cette lecture qui m’a profondément touchée et émue. Pour remettre les choses dans leur contexte, rien qu’à la lecture du résumé j’ai été séduite par le sujet de cette histoire : une tragédie, une jeune fille de 16 ans victime d’un incendie qui lui brûle 60% de son corps, et qui n’a d’autres choix désormais que d’apprendre à vivre avec ses cicatrices et ce qu’elles signifient. Mais là où j’ai pris une claque sur la portée de ce livre et ce qui m’a donc encore plus donné envie de me jeter dessus, c’est lorsque j’ai vu Julie aka @douzefevrier sur instagram, elle-même grande brûlée, parler de ce livre et de ce qu’elle avait ressenti face à la véracité de ses propos. Je peux vous dire après ma lecture, que je comprends ce qu’elle voulait dire. Bien entendu, je ne peux qu’imaginer son combat et sa douleur, mais le pouvoir d’Erin Stewart est justement de nous catapulter, nous lecteurs n’ayant pas forcément vécu un tel drame, dans l’esprit de ceux dont c’est le cas, et plus particulièrement dans l’esprit d’Ava, afin de nous donner un tant soit peu idée de ce que ça peut représenter.

Et le fait est qu’on ne ressort pas indemnes de cette lecture. Personnellement j’ai été complètement habitée par le personnage d’Ava. Dès le début, je me suis sentie connectée à elle et alors je me suis mise à ressentir tout ce qu’elle ressentait, d’une façon viscérale. Mais pour autant, je ne pouvais jamais prévoir ses réactions, seulement les comprendre. J’étais fière d’elle quand elle faisait preuve de courage et passait au-dessus de ses peurs et du regard des autres, et en même temps je ne pouvais que comprendre les moments où cela était trop dur pour elle et où elle arrêtait de se battre. Je vivais ses victoires, je vivais ses colères, je vivais ses instants de tristesse comme de peur, j’ai totalement vécu cette lecture en vérité.

Le sujet abordé des grands brûlés l’est très bien je trouve. L’auteure nous partage beaucoup de choses : de ce qu’il se passe dans la tête de Ava au moment de l’incendie, jusqu’à ce qu’il se passe dans sa tête alors qu’elle tente d’accepter son nouveau corps, en passant par le processus de guérison qui n’était pas aussi édulcoré qu’on aurait pu le croire pour un roman jeunesse. Je me doute que se remettre de telles blessures doit être bien plus complexe que ce qui nous est décrit ici, mais nous sont tout de même partagés beaucoup de détails concernant les étapes de rétablissement face aux brûlures, à la douleur, à ce en quoi cela consiste, et ça a vraiment été dur lors de ces passages-là de faire face à une telle souffrance, surtout pour Ava qu’on a appris à connaître et envers laquelle je m’étais énormément attachée. Ca ne me l’en a rendue que plus courageuse et héroïque encore à mes yeux, même si je sais pertinemment qu’elle n’aimerait pas m’entendre dire ça ;)

Mais ce qui m’a le plus bouleversée au final, c’est tout le chemin psychologique parcouru par Ava. On se rend vite compte au fil de notre lecture, que le but avant d’être capable d’accepter son corps, est pour Ava d’accepter la vie tout simplement. D’accepter ceux qui lui restent, d’accepter ce que la vie peut encore lui offrir après lui avoir tant pris. Et ce n’est qu’une fois qu’elle prend conscience de cela qu’on se prend ce poing dans le cœur dû au soulagement et à la joie que l’on éprouve à la voir sortir de cette si longue épreuve.

Un petit mot plus précis sur les personnages qui ont rythmé cette lecture et qui ont pris mon cœur en otage le temps de quelques pages. Je pense avoir assez bien exprimé mes sentiments pour Ava qui est devenue ma source de courage et de force. Piper est mon deuxième personnage préféré. Ava n’en serait pas là où elle en est à la fin du roman sans l’aide de Piper. Ce petit bout de femme pleine d’énergie et assoiffée de revanche sur la vie m’a électrifiée. A elle seule elle pourrait remonter le moral des troupes d’une armée. Ce n’est pas pour autant qu’elle est invulnérable, et ça ne l’en rend que plus touchante. Sa relation avec Ava était intrinsèquement vraie et ça m’a rappelé la relation que j’ai avec ma meilleure amie donc encore une fois, j’ai été très touchée. Et enfin, parce qu’il faut bien faire une sélection et vous laisser découvrir les autres, il y a AsadAsad qui est le rayon de soleil de ce roman. Asad qui ne fait rien comme tout le monde et qui en cela nous montre le chemin à suivre. Asad et son innocence incarnée qui rend tout plus facile. Asad qui m’a fait sourire de bout en bout.

Et rien de tout cela n’aurait été possible sans la magnifique plume de Erin Stewart qui m’a portée dans une bulle durant les 400 et quelques pages de ce livre. C’était superbement écrit, complet, on sent toutes les recherches et les personnages rencontrés par l’auteure qui ont donné jour à une si belle histoire. J’ai été complètement happée par le récit, au point à la fin de me sentir triste de ne pas avoir encore quelques pages aux côtés de Ava qui me manque déjà. J’ai donné à ce livre la note de 19/20 ☆

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort