Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 4 mois
Dévisagée : l’histoire d’une grande brûlée

Dévisagée, c’est l’histoire d’une jeune fille qui a été brûlée dans l’incendie qui a non seulement détruit sa maison, mais également emporté sa mère, son père et sa cousine. A la découverte de ce synopsis, j’ai tout de suite eu envie de découvrir ce roman ; d’une part parce que j’en connais très peu sur le sujet, mais aussi parce qu’il promettait beaucoup d’émotions.

Avant tout, c’est un roman qui se lit très rapidement. Ses nombreuses pages vous effraient ? Je vous rassure, la police d’écriture est suffisamment grosse, mais surtout, l’histoire est prenante. Les pages se tournent sans qu’on s’en aperçoive, jusqu’à ce qu’on termine le roman.

Je me suis plutôt bien attachée à Ava, la jeune fille au cœur du roman. C’est difficile de ne pas être touché par son histoire : comment réussir à retrouver la force de vivre quand on a tout perdu ? Heureusement, malgré sa détresse, elle reste forte et m’a souvent amusée de ses remarques ironiques. Elle a également la chance de compter sur le soutien et l’amour de sa tante et son oncle, des personnages assez discrets qui m’ont quand même émue. Le léger problème du roman, c’est l’arrivée d’un autre personnage, à la personnalité tellement forte qu’elle en a presque éclipsé Ava : je parle de Piper, une autre jeune fille qui a été victime d’un accident. Son énergie est agréable et importante pour Ava ; elle la rebooste et l’aide à reprendre conscience. Mais le roman s’éloigne un peu d’Ava et sa reconstruction pour se concentrer peut-être un peu trop sur Piper…

Quant à l’histoire, je ne vous cache pas qu’elle suit un schéma assez classique. Notre héroïne, triste et morose au départ, s’ouvre progressivement à l’aide de ses compagnons, se rend compte qu’elle est loin d’être seule dans son malheur, et finit par accomplir un acte lourd de signification, un grand pas un avant. On a eu le droit à tout dans Dévisagée, sauf l’histoire d’amour cliché, ce que j’ai vraiment apprécié. Je n’en dirai pas plus, mais j’ai réellement aimé le choix de l’auteur, qui est justifié et bien amené.

En bref, Dévisagée est un roman que j’ai aimé lire. Certaines scènes m’ont évidement fait monter les larmes aux yeux, même si je pense qu’il aurait être encore plus touchant. Je reproche globalement un petit manque de personnalité à Ava. Mais cela reste un beau roman, qui met en lumière les grands brûlés et nous ouvre les yeux.

« J’étais une étoile sans constellation. Un oiseau sans nuée. Un enfant qui n’appartenait plus à personne. »
« Tes cicatrices racontent déjà tout. Tu es plus forte que ce qui a failli te tuer. »

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort