Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 3 semaines
Dévisagée, ce roman qui ne vous laissera pas indifférent

Il y a de ces romans qui vous marquent. A cause de leur histoire touchante ou peut-être des émotions qu’ils transmettent. A cause de leur style addictif ou encore de leur plume fluide. Dévisagée fait partie de ces œuvres qui vous chamboulent. Indéniablement.

L’histoire d’Ava, Grande Brûlée, survivante mais adolescente avant tout, ne peut que nous toucher. Elle ne veut pas être qualifiée de modèle, ni de battante parce qu’elle a survécu. Elle a une force de caractère incroyable, même si elle ne le voit pas. Ou ne veut pas l’admettre. Tout au long du roman, on va la suivre sur le chemin de la guérison. Ava doit faire face à d’autres épreuves et essayer de retrouver sa place au sein de la société, mais aussi au sein de sa nouvelle famille et de sa propre vie.

 

Vis les étoiles les plus hautes, Ava, tu en décrocheras forcément une. Mais d’abord, il faut viser.

 

Entre une thérapeute impliquée, un oncle et une tante qui font tout pour la soutenir et Piper et Asad, ses nouveaux amis, Ava est bien entourée. Il lui faudra du temps pour s’en rendre compte. A ses yeux, elle a tout perdu dans l’incendie et se retrouve seule. Seule face à ces regards qui ne cessent de la dévisager, seule face à ses cauchemars, seule à pouvoir aller de l’avant.

L’autrice a construit son ouvrage d’une manière intelligente, bien que le schéma du roman ne sorte pas réellement des standards. On a vraiment l’impression de suivre Ava et de grandir avec elle. On part six pieds sous terre pour remonter lentement la peine, avec quelques régressions entre temps.

Je trouve que le sujet est très bien traité. D’ailleurs, Erin Stewart s’est informée auprès de personnes ayant été brûlées pour décrire les symptômes, les douleurs et le ressenti d’Ava. Le récit n’a donc pas totalement imaginaire. Au contraire. J’ai apprécié la réalité de cette histoire en plus de son côté fictionnel. C’est un sujet que je ne connais pas beaucoup et je l’ai trouvé très intéressant.

 

La société nous juge à partir de trucs superficiels. On regarde les gens, mais on ne les voit pas.

 

J’ai été chamboulée et touchée par ce livre. Les émotions d’Ava sont tellement bien décrites que l’on coule avec elle, on se relève avec elle. On ressent sa peine, sa douleur, ses espoirs. On passe du rire aux larmes. J’ai énormément aimé les commentaires ironiques et les traits d’humour présents dans l’histoire, car ils détendent l’atmosphère parfois lourde et sérieuse.

J’ai été bouleversée par les passages où la jeune fille est regardée de travers, quand tous ces visages inconnus la jaugent, la jugent et la prennent pour un monstre. J’ai particulièrement été attristée par la réaction d’un enfant qui crie et pleure car il a peur de ce visage rapiécé. L’autrice a écrit ces scènes de manière à nous marquer et à dénoncer la curiosité malsaine des gens. Ava le dit : elle préfère que les gens lui posent des questions plutôt qu’ils restent plantés devant elle à la regarder. Aujourd’hui, dès que quelque chose ou quelqu’un sort de l’ordinaire, il est pointé du doigt. Que ça soit dû à une maladie ou juste une personne qui se fait plaisir en portant les vêtements qui lui plaisent, il y aura toujours quelqu’un pour critiquer. La différence est vue comme négative, alors qu’elle devrait être ignorée et remplacer la notion de normalité. Le message passé à travers Ava est fort. L’autrice donne un coup de pied dans la fourmilière pour aider les gens à se réveiller. Je pense que ce genre de dénonciations sont totalement à leur place dans un roman destiné aux adolescents, car c’est par eux que le changement doit passer. Ce sont la prochaine génération d’adultes, les prochains dirigeants, politiciens, chefs d’entreprise. Si leur mentalité est plus ouverte, le monde aura plus de chance d’évoluer dans le bon sens.

 

Je suis une bête curieuse qu’on observe, pas une personne à qui l’on parle.
Voilà pourquoi je n’ai pas besoin de miroir ; je rencontre mon reflet dans les yeux de tous ceux qui m’entourent.
Mon visage me revient sans cesse en pleine face.

 

Dévisagée est décidément un roman qui ne laisse pas indifférent. Les émotions sont au rendez-vous et elles nous poussent à lire et et vivre cette histoire. Pour son premier roman, Erin Stewart marques les esprits et signe une oeuvre de haut niveau.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort