Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 2 mois
Dévisagée

Quand on se lance dans Dévisagée, on n’est pas vraiment sur une thématique de la légèreté. On y suit en effet une jeune femme qui a survécu de justesse à un terrible incendie et qui fait partie de ce que la médecine qualifie de « grands brûlé », ces gens qui ont été dévisagés par les flammes. Personnellement, je ne pense pas avoir déjà lu de roman qui aborde ce sujet. La question m’a surprise et m’a fait prendre conscience que je n’avais non seulement aucune connaissance sur le sujet, ni aucune idée du traumatisme que cela pouvait être.

Ce que j’ai aimé dans Dévisagée c’est que l’auteure ne se concentre pas seulement sur le physique de l’héroïne, mais aussi sur son mental. Sur le traumatisme qu’elle a vécu, la gestion des souvenirs qui lui restent de ce moment atroce, le deuil – puisqu’elle perd ses deux parents et sa cousine dans l’incendie – et le syndrome du survivant. Et la partie qui est peut-être la plus complexe à aborder, mais qui a fait que pour moi ce roman était vraiment intéressant : la reconstruction psychologique, l’acceptation de la différence (chez soi et chez les autres), le nouveau regard que l’on peut porter sur soi et la paix qu’il faut faire avec sa vie d’avant.

J’ai passé un très chouette moment avec Dévisagée que j’ai lu d’une traite parce que je n’ai pas réussi à le poser – ne faites pas l’erreur de le commencer quand vous n’avez que dix minutes devant vous.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort