Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 2 mois
Demandez-leur la Lune, le coup de cœur inattendu

Quand j’ai ouvert Demandez-leur la Lune, honnêtement je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Moi qui n’aime pas spécialement les histoires pleines de bons sentiments je dois bien avouer que je n’étais pas sûre que cette lecture était pour moi.

Clairement, je me trompais puisque ce livre a été un immense coup de cœur pour moi.

Sa première force, c’est de raconter l’histoire en quatre temps. Chacun des quatre élèves devient à son tour narrateur, non pas – comme on a pu le voir assez souvent dernièrement – par une alternance de chapitres mais de façon plus linéaire. Cela permet de donner un rythme différent au roman puisque l’on découvre d’abord les personnages par les yeux de Lilou avant de les voir par ceux de Bastien… Le récit est donc rythmé par ce que le lecteur découvre des différents personnages au fur et à mesure de la lecture.

L’autre force du roman – et elle est majeure à mon sens – c’est la justesse avec laquelle l’auteure plante ses personnages. Je le dis souvent, mais j’ai parfois tendance à lever les yeux au ciel face à des portraits d’adolescents très peu réalistes, parfois insipides, voire complètement éloignés des réalités. Dans Demandez-leur la Lune, l’auteure nous offre quatre personnages justes, terriblement bien construits, tout en émotions et en paradoxes. C’est ça qui fait pour moi que ce roman n’est pas qu’un énième livre pétri de bon sentiments vides, mais bien un véritable coup de cœur. Les personnages d’Isabelle Pandazopoulos sont vivants. Ils ont des défauts qui ne sont pas toujours compensés par leurs qualités, ils font des choix qui n’ont pas nécessairement de sens à l’échelle d’une vie d’adulte, mais qui en ont quand on est adolescent. Ils sont parfaitement imparfaits et c’est pour ça qu’ils sont si touchants. D’autant que l’auteure n’a pas cédé à la facilité en rendant par exemple la prof qui les forme extrêmement aimable : non, on voit que jusqu’à la fin du roman certains élèves l’apprécient quand d’autres pas du tout ou quand elle laisse certains parfaitement indifférents.

Enfin le dernier point du roman qui a achevé de me convaincre, c’est le fait que l’auteure aborde des sujets forts tout au long du roman. Dans la vie des adolescents que l’on suit aussi bien que dans la vie de l’établissement, ce roman pas forcément long donne à voir une myriade de sujets importants qui touche des gens qui partagent notre quotidien et dont on ne parle pas forcément – ou pas assez.

Saupoudrez le tout d’une plume très fluide et très poétique : vous avez la recette pour un roman quasiment parfait – en tous cas pour un coup de cœur sublime !

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort