Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 3 semaines
Cursed, au coeur des légendes arthuriennes

« L’Archidruidesse saisit les épaules de sa fille. Elle était échevelée les joues barbouillées de sang, mais son regard était clair, sa voix assurée.                                                                                                -Va trouver Merlin, lui ordonna-t-elle. cherche-le. Et apporte-lui ceci. (elle lui remit le paquet entre les mains.) il saura quoi en faire. »

Faire ce qu’ordonne sa mère désormais au corps froid est ce qui motive Nimue à vivre et à se battre pour sa vie et celles de son espèce. Elle abandonne alors son village ravagé par les flammes et le sang des êtres chers  pour trouver Merlin et lui tendre l’épée des Premiers Rois. Néanmoins, cette mission confiée par sa mère est ardue car les Paladins Rouges, soldats du Pape et anges cruels assoiffés de sang à la solde du père Carden, veulent anéantir cette race jugée contre nature.  Pourtant ces soldats aguerris ne pourront vaincre cette jeune fille à la volonté de fer et à l’épée magique qui les réduira petit à petit en morceaux de chair moribonde.

« -Oyez oyez ! s’égosilla-t-il par ordre du Vatican, pour châtiment de ses crimes indignes, parmi lesquels l’infanticide, le cannibalisme et le massacre des serviteurs de dieu avec la complicité des esprits démoniaques…                                                                                                                                 Nimue rasa les murs pour aller se cacher                                                                                                       … sont promises trente pièces d’or pour la capture ou la mort de la meurtrière Fae connue sous le nom de Sorcière Sang de loup ! tous ceux et celles qui l’aident ou la cachent sont des hérétiques passibles de la torture et du bucher dans le respect des lois de l’Eglise. »

L’Église veut assurer l’hégémonie du culte chrétien et pour cela elle doit éradiquer chaque parcelle de culture païenne : les créatures qui ne sont pas à l’image du dieu unique. Les Faes sont massacrées avec violence et cruauté. Vengeance ! crient les Faes. Terreur et haine se liguent pour engendrer une vengeance difficile à assouvir. Néanmoins, grâce à l’épée de des premiers Rois, cette vengeance peut enfin aboutir. Nimue voit naitre des sentiments nouveaux : l’amour et la cruauté. Elle rencontre Arthur, un mercenaire charmant et rusé qui va se révéler indispensable pour ses projets.  Cette épée attise bon nombre de convoitises et Nimue devient le centre d’intérêt de grandes puissances telles que le roi et le pape. Mais une chose pire est sur le point de se produire. L’épée éveille la convoitise de Nimue et son gout du sang qui va peu à peu l’aliéner.

« -Je n’ai pas besoin qu’on me protège.                                                                                                              –En es-tu sure ? fit Gauvain. Radouci. Cette arme a également pour nom l’épée des Premiers Rois. Qui brandira l’épée du pouvoir sera le seul vrai roi.  Uther Pendragon fera tout pour la récupérer. Si j’en crois les enseignements de l’histoire, je suis prêt à parier  qu’il te promettra monts et merveilles avant d’abandonner les Faes à la merci des Paladins Rouges. »

Les Paladins Rouges ou le Roi. A qui céder l’épée ? A qui remettre le destin de son peuple ? L’indécision et le poids de celle-ci s’imprègnent dans l’esprit du lecteur et restent moteurs de suspense. L’originalité de ce roman réside dans l’inspiration des romans d’apprentissage du point de vue féminin. Tout comme Chrétien de Troyes met en scène les aventures d’Arthur et de ses chevaliers avec les responsabilités qui en résultent, Thomas Wheeler modernise la légende arthurienne en mettant en scène le personnage indéfini qu’est la Dame du Lac dans ses jeunes années réinventant sa propre histoire.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort