Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 4 ans
« Aucun autre souvenir que la guerre »

Une toute jeune enfant est contrainte d’attendre sa mère qui travaille dans la classe des grands de l’école du village grâce à l’accueil bienveillant de l’instituteur.

C’est la guerre et son quotidien est par ailleurs rythmé par les lettres reçues de son père au front.

Mais Rosalie sent bien que la lecture n’est pas fidèle au contenu, en raison notamment du décalage entre leur longueur et la durée de leur restitution.

Dès lors, elle décide d’enquêter par elle-même, le lendemain où une étrange enveloppe bleue arrive chez eux…

Un album sur 1917 et les secrets de famille. Rosalie a comme ainsi dire sa vie suspendue. Le temps est figé dans l’attente d’un après. De la même manière, l’espace est lui aussi restreint. Elle semble en quelque sorte devenue elle-même un objet.

C’est l’école et la classe qui vont lui permettre de faire éclater ces carcans. L’apprentissage par l’enfant, seule au fond de la classe, est traité sous la forme de l’ellipse comme pour mieux montrer son pouvoir magique et libérateur.

La jeune enfant vit dans un monde gris dans lequel seuls quelques éléments font surface avec notamment les cheveux et l’écharpe qui la désigne comme une héroïne.

A découvrir !

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort