Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Posté il y a 2 mois
Après le mariage d’amour, le mariage-passeport !

Brexit Romance, le dernier succès de Clémentine Beauvais, paraît en format poche chez Pôle Fiction. Une comédie romantique et politique décalée, à découvrir sans plus tarder !

Après l’annonce du Brexit, l’heure est au désespoir pour Justine et son frère Matt : ces Londoniens francophiles se désolent de ne plus pouvoir voyager librement en Europe. Matt lance alors un appel sur Facebook afin de trouver une Française prête à l’épouser et lui permettre d’obtenir un passeport européen.

Ce qui était au départ une blague devient très vite Brexit Romance, une start-up secrète menée de front par Justine, qui entreprend de marier des Britanniques rêvant d’un passeport à des Européens rêvant d’exotisme anglais.

« « C’est un peu niche », dit Matt – ce qui voulait dire exclusif, spécifique, particulier, bizarre, idiosyncrasique et limité mais plutôt cool. »

Une alliance Brexit Romance a ceci de particulier qu’elle doit rester platonique, sinon les embrouilles sont assurées ! Mais c’est bien connu : rien n’est simple lorsqu’il s’agit d’amour. Et tout se complique lorsque le chemin de Justine croise celui de Marguerite Fiorel, jeune soprane de dix-sept ans, et son professeur Pierre Kamenev, duo de Français fraîchement débarqué à Londres pour une représentation d’opéra. Tout en essayant de caser l’une avec un aristocrate british, et l’autre avec une américaine, Justine ne va s’épargner ni les prises de tête ni les tourments du cœur.

« C’est la règle numéro un : si on se fiance, pas de romance. »

Tout comme Jane Austen en son temps, Clémentine Beauvais se pose en fine observatrice de notre monde moderne, livrant un point de vue mordant sur le rapport entre la France et l’Angleterre, les opinions politiques des uns et des autres, et distillant au fil de l’histoire des anecdotes linguistiques et culturelles qui ne manquent pas de faire rire aux éclats. Le tout est un joyeux mélange de références littéraires et artistiques qui rend la lecture encore plus savoureuse.

« J’ai l’impression d’être dans tous les livres et les films à la fois. »

Marguerite ne croit pas si bien dire ! On se sent tour à tour plongé dans les intrigues des romans anglais du 19e siècle, le charme des comédies romantiques du cinéma et l’univers loufoque de Lewis Carroll. La jeune Marguerite prend des airs d’Alice, embarquée de dîners politiques surréalistes en parties de croquet mondaines au beau milieu des landes du Yorkshire.

On y retrouve aussi l’amour de Clémentine Beauvais pour l’opéra, art qu’elle ne se prive pas de décrire avec beaucoup de sensibilité. Qui, à la fin de sa lecture, n’aura pas en tête l’aria “Je veux vivre”, issu du Roméo et Juliette de Gounod ?

« Ce n’était pas une valse de salon, une valse où l’on bavarde tranquillement de choses et d’autres, mais une valse d’amour fou où à nul moment on ne pouvait reprendre tout à fait son souffle… »

Une fois de plus, Clémentine Beauvais maîtrise avec talent son sujet. Brexit Romance se lit avec bonheur, tant l’humour est pertinent et les thématiques percutantes. En confrontant les représentations culturelles et sociales des deux côtés de la Manche et en abordant la multiplicité  des regards sur la société, l’autrice nous invite avec panache à interroger le monde actuel et le réinventer.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort