Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 4 mois
Animale 1

Blonde est une jeune fille qui vit depuis toujours dans un couvent. Sa vie est bien morne, jusqu’au jour où un vieil homme vient frapper à la fenêtre de sa chambre et lui donne un dossier à lire, dossier qui va changer radicalement sa vie et la lancer dans son passé et dans une existence mouvementé.

Le roman est découpé en 4 parties, de taille sensiblement égales et étant bien agencées entre elles, se suivant avec logique. J’ai apprécié le fait que les titres des parties semblent avoir un lien entre eux. Ca harmonise l’ensemble et donne une certaine poésie. Chaque partie s’ouvre sur une citation du conte « Boucle d’or et les trois ours », conte dont ce roman est une réécriture. J’ai trouvé que ces 4 parties s’enchainaient vraiment bien, avec logique et fluidité, chacune marquant une nouvelle étape dans le cheminement de Blonde vers les réponses.

La partie 1 nous présente Blonde, ses différences d’avec ses camarades de couvent, ainsi que l’histoire de Gabrielle de Brances dans le dossier que lit Blonde. Dans la partie 2, Blonde part à la recherche de la vérité. A travers le récit de Gabrielle, on fait connaissance avec des créatures mi-homme mi-bête, les marqués du signe de l’ours. La partie 3 voit s’effectuer un changement de narration. En effet, on passe à la première personne du singulier, étant donné que cette partie est un journal intime écrit par Blonde. On a également une petite avancée dans le temps, et Blonde nous relate dans le 1er chapitre de cette partie ce qu’il s’est passé depuis la fin de la partie 2, afin que l’on ne soit pas perdu. Ici, Blonde est en fuite, elle se cache, et on suit sa vie et ses problèmes à travers son journal. Enfin, dans la partie 4, les chapitres suivent cette fois Gaspard, le jeune tailleur de pierre à Rome pour terminer son apprentissage et qui décide d’aider Blonde. J’ai trouvé logique de suivre Gaspard dans cette partie, étant donné la fin de la précédente. C’est la partie finale, ça se sent à l’enchainement plus rapide des évènements, à la tension grandissante.

Blonde a 17 ans et des cheveux blonds comme l’or. Elle vit cloitrée depuis tout bébé dans un couvent. Elle est souvent détachée de la réalité, plongée dans une sorte de langueur que personne ne peut expliquer. Jusqu’au jour où cela change, et que sa nature se réveille. A partir de là, elle a peur de ce qu’elle pourrait faire. Si au début elle ne comprenant pas ce qu’il se passait, elle saisit vite la situation une fois le secret de ses origines découvert. Egalement, elle refuse de trop s’attacher à Gaspard tant qu’elle n’aura pas régler le problème. Elle semble fragile, mais est en fait bien forte, même si elle ne sait plus ce qu’elle est vraiment.

Gaspard a 19 ans, et c’est un apprenti tailleur de pierre. Venu rénover avec son maître, Gregorius, l’escalier du couvent, c’est de cette façon qu’il rencontre Blonde. Alors que c’est interdit, il veut la voir de plus en plus souvent. Au début, il n’est pas très présent, puis il finit par prendre de l’importance : c’est grâce à lui, à leur amour, que Blonde se contient si longtemps, et il ne reculera devant rien pour l’aider.

Hormis ces personnages, il faut aussi parler de Gabrielle et de l’homme-bête dont elle fait la connaissance lors de son enlèvement en 1815. C’est de ces amants maudits que tout a commencé. Gabrielle est une jeune femme éprise de liberté, forte malgré son apparence fragile. Leur histoire à tous les deux est superbe, tragique. J’ai vraiment aimé découvrir leur histoire.

Partant d’un conte intrigant et innocent, cette brillante réécriture prend un aspect plus sombre, plus étrange et dangereux. Victor Dixen a su construire tout un univers autour de ce simple conte, créant ainsi un univers riche très plaisant à découvrir. Il a revisité le conte avec brio.

A première vue, Blonde n’a pas de rapport avec le conte, hormis ses cheveux d’or. Mais dès qu’elle lit l’histoire de Gabrielle, on commence à soupçonner que c’est plus compliqué que ça. En effet, le récit de Gabrielle de Brances vient rappeler le conte original, y ressemblant grandement tout en étant plus horrifique, plus complexe. (J’ai d’ailleurs bien aimé la mention faite d’un conte nommé « Les trois ours », pas encore imprimé et inspiré de l’histoire de Gabrielle que son mari Charles de Valremy a raconté à un auteur).

Animale est un récit empli de peur, de tension. La peur est le moteur de ce récit. C’est elle qui nous fait tourner les pages de plus en plus vite, qui fait palpiter notre cœur. Elle est toujours là, d’abord faible, puis de plus en plus importante. C’est une sombre histoire fantastique pleine d’émotions et principalement de tristesse et de peur, mais aussi d’une note d’espoir. J’ai vraiment été emportée, quasiment dès les premières pages.

On a deux histoires en une, étroitement liées entre elles. Celle de Blonde en 1832, et celle que Blonde lit, l’histoire de Gabrielle, se déroulant de 1814 à 1819. Malgré ces deux histoires, on ne se perd pas du tout, étant donné que tout est bien indiqué, voir souligné par des changements d’écriture, passant de la police normale à l’italique.

Le contexte historique est bien construit, de même que l’aspect religieux qui est bien présent. C’est très plaisant à lire, on n’est pas perdu, ni enseveli sous un tas d’informations superflues. Il y a juste ce qu’il faut pour que l’on comprenne.

Au fil des pages, on en apprend plus sur la malédiction du signe de l’Ours. La tension se fait plus présente, on a peur de ce qu’il pourrait se passer au fur et à mesure que Blonde perd le contrôle et qu’on connait les Berserkers et ce qu’il s’est passé à l’époque de Gabrielle.

Les derniers chapitres sont tendus, stressant. La bête est présente et on ne sait pas ce qu’il va arriver. Puis la fin arrive, ainsi que l’épilogue, offrant une conclusion douloureuse et splendide à cette histoire que j’ai trouvé magnifique.

En bref, Animale est une histoire très bien construite, agréable à lire, qui m’a très vite plu et qui est pour moi un coup de cœur.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort