Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 1 semaine
Alma, le vent se lève : la nouvelle pépite de Timothée de Fombelle

J’ai tout juste refermé le petit dernier de Timothée de Fombelle, et une fois n’est pas coutume, j’ai du mal à trouver les mots pour expliquer ce que j’ai ressenti lors de ma lecture. Alors reprenons depuis le début ! Tout a commencé en 2007, où je découvre Tobie : je ne le sais pas encore, mais à cet instant, tout bascule. Je tombe sous le charme de la plume de Timothée de Fombelle, de son histoire, de ses personnages, de sa douceur, sa poésie, son humour… C’est simple, tout me plaît. Les années suivantes, la magie continue avec la suite et fin des aventures de Tobie, puis celles de Vango, et enfin, Perle. Trois histoires qui m’ont tant apporté, m’ont tant fait rêver ! Alors imaginez ma fébrilité et mon impatience en apprenant la sortie imminente d’un nouveau roman, d’une nouvelle histoire : celle d’Alma. Ce livre m’est apparu comme étant la promesse d’aventures et d’émotions, d’une histoire au cœur de l’Histoire. Évidemment, une fois dans mes mains, il n’a pas fait long feu.

Si j’ai du mal à poser les mots sur ce roman et cette expérience de lecture, c’est parce que tout reste encore très mystérieux. Partant de ce constat, pas de doutes, Alma est bel et bien née de la plume de Timothée de Fombelle ! J’ai retrouvé dans ce premier tome tous les éléments propres à Timothée de Fombelle, qui m’avaient tant plu dans ses précédents titres ; à commencer par les aventures que nous vivons au fil des pages. On y rencontre aussi des héros solitaires, combatifs et débrouillards, une famille qui dévoile peu à peu ses secrets, des rencontres inattendues, des retrouvailles manquées de peu et des amitiés fortes. Plus particulièrement, j’ai retrouvé l’agilité de Tobie dans les descriptions de Joseph et les traits d’Elisha dans ceux d’Alma ! Il faut dire que les merveilleuses illustrations de François Place, en plus de sublimer le roman, me rappellent de bons souvenirs de ces petits héros.

L’histoire en elle-même est une fois de plus similaire à ce dont Timothée de Fombelle nous a habitués. Et sans surprise, j’ai totalement accroché ! Au fil des pages, il nous glisse quelques indices, quelques noms, quelques souvenirs et détails qui apportent des informations parfois étonnantes. Peu à peu, les liens entre les personnages sont plus clairs, leur passé est dévoilé, leurs motivations exposées. La toile se tisse, lentement mais surement. Elle vient démontrer l’imagination incroyable de Timothée de Fombelle, et son talent pour nous la transmettre. Je sais déjà que les prochains tomes viendront l’enrichir jusqu’au bout, et nous faire retenir notre souffle ! C’est d’ailleurs un peu frustrant de refermer ce livre. Déjà ?! Nous avons seulement un petit aperçu de cette nouvelle œuvre, dont « Le vent se lève » est la fondation. Autant vous dire que je sais d’ores et déjà que je prendrai du plaisir à relire cette saga dans son intégralité plus tard !

Son frère se tait, les yeux brillants.
– À quoi tu penses ? demande Alma.
Silence. Il réfléchit.
– Je cherche si je me souviens d’un jour plus beau, dit Lam.

« Le vent se lève », ce n’est pas seulement un roman d’aventures, ni un roman qui pose les bases d’une trilogie ingénieuse. C’est aussi l’histoire d’un long voyage, qui nous transporte immédiatement ! Impossible de rester de marbre face aux descriptions qui parcourent le roman : on sent presque le soleil sur notre peau, le sel, le vent et la pluie battante. Que ce soit sur terre ou en pleine mer, j’ai eu des images plein la tête.

Enfin, je ne pouvais pas parler de ce roman sans aborder l’Histoire, celle avec un grand « H ». Après avoir évoqué la seconde guerre mondiale dans « Vango » et « Le livre de Perle », ici Timothée de Fombelle nous plonge au cœur du commerce triangulaire. Il le fait sans rien cacher de la dureté de la chose, qu’il s’agisse de la traque des captifs, du fait qu’ils sont arrachés à leur famille et à leur vie, qu’ils sont parqués dans les bateaux, dans un espace bien trop petit. La grande force de ce récit, c’est qu’il est présenté avec le regard d’un enfant, mais les réflexions proposées n’ont rien d’enfantines. Les plus jeunes qui liront ce livre se rendront peut-être mieux compte de la chose en étant plongés dans ce périple aux côtés d’Alma.

Bref, le mot de la fin (si ce n’était pas encore clair !) : j’ai énormément apprécié ma lecture. Il s’agit là d’un roman dans la lignée des pépites que nous offre Timothée de Fombelle. Alma, c’est l’histoire d’une famille au cœur de l’Histoire, c’est l’aventure de personnages déterminés, touchants et combattifs, de rencontres inattendues, d’amitiés fortes, de secrets dévoilés peu à peu, de voyages, de trahisons, d’amour… Je suis tombée une nouvelle fois sous le charme ! A quand la suite ?!

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort