Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 5 mois
À couper le souffle – Et pourtant nous sommes vivants

Cette lecture a été intense et éprouvante. Le sujet, loin d’être facile, nous plonge dans une nuit d’horreur. Cette lecture a fait écho a une de mes peurs, celle de vivre ce genre d’événement. Pour m’immerger, ressentir les émotions surtout la peur et l’angoisse, cela m’a été d’autant plus facile.

Sera Milano prend le parti pris de centrer son histoire sur les survivants et non sur les terroristes. Pas de descriptions physiques, pas de pourquoi à leurs actes. Elle met l’accent sur les sentiments des survivants et l’impact que cet événement a et aura sur eux.

Autre point positif rendant d’autant plus fort le réalisme sur récit : son rythme. On alterne le point de vue de 5 adolescents, rapidement et successivement. Un rythme saccadé qui coupe littéralement le souffle. Pas le temps de reprendre notre respiration qu’on passe à un autre point de vue. Désarmant et déroutant au début, c’est un véritable atout pour renforcer la tension et l’intensité de l’instant. Comme les personnages, j’ai eu l’impression de vivre tout cela avec eux, en même temps qu’eux.

J’aurai été vraiment curieuse de connaître le décompte des heures, du temps pour voir la différence entre la durée des événements vécus avec celle ressentie par les personnages. Tout va très vite et en même temps avec l’attente, les moments de « calme », où le silence se fait, la tension monte d’un cran.

« Et pourtant nous sommes vivants » est un roman à couper le souffle autant par son rythme saccadé que par son sujet : un attentat lors d’un festival. Témoignages de 5 ados qui, durant cette nuit d’horreur où il est question de survie, d’instinct, de peur, d’angoisse, découvriront l’entraide et l’amitié. Saisissant, haletant, prenant, et empreint d’un fort réalisme.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort