Vous souhaitez devenir chroniqueur et être publié sur notre site ?

Pour déposer votre candidature, il faut au préalable devenir membre de la communauté On lit plus fort !

Me connecter

Mot de passe oublié

Chroniqueur
Posté il y a 3 mois
Vous ne regarderez plus jamais votre reflet de la même manière.

INTRIGANT – ÉTONNANT – UNIQUE

Impossible d’en parler sans évoquer l’ensemble de la série. La quadrilogie de La Passe-miroir, qui connaît actuellement la parution de trois tomes sur les quatre, est une série qui a animé tout mon être, qui m’a captivée, qui m’a fait rêver. J’ai eu l’impression de retomber en enfance, à cette époque où chaque soir je lisais avec avidité les tomes détaillés de Harry Potter. Sauf que, cette fois-ci, l’univers est complètement différent, et le fait est que l’adulte que je suis devenue les a cette fois-ci dévorés !

En effet, depuis quelques années, l’oeuvre de Christelle Dabos connaît un succès sans précédent. Et à raison, car elle a su s’approprier son propre univers, y travailler les moindres détails, ficeler une histoire riche en rebondissements, avec des personnages imparfaits auxquels on s’attache malgré tout. Le champ lexical y est totalement bancal, à peu près autant que le maniérisme des protagonistes qui vivent leur voyage mouvementé.

Parlons-en, de ces personnages ! Et pour une fois, fonctionnons à l’envers : parlons tout d’abord des personnages secondaires ; ces personnages qui ne se contentent pas d’être là pour construire le décor, bien au contraire, ils contribuent tous à l’intrigue… tous, à leur façon. Leurs prénoms sont tous parfaitement choisis et n’ont rien de ceux que l’on a l’habitude de rencontrer dans les histoires. Leur caractère et leurs attitudes nous étonne à chaque page, et la méfiance d’Ophélie nous pousse à nous comporter de la même façon : nous analysons, nous observons, car personne ne peut véritablement être considéré comme un allié dans ce nouveau monde. Un monde inconnu que l’auteure nous décrit d’une plume sans pareille. J’ai rarement eu autant envie de découvrir par moi-même le paysage d’un roman, mais tant de détails, tant de mystères, tant de nouveautés, nous fait frissonner et tourner la tête. Un véritable mastodonte qui a le don de nous donner le vertige. Et c’est là encore une fois que l’on reconnaît la patte de Christelle qui disait avoir mis toute son âme, tout son être, dans la rédaction de son récit.

La Passe-miroir est à la fois une bouffée d’oxygène et une bombe qui menace d’exploser à n’importe quel instant.  Chaque ligne nous coupe le souffle, on se retient de respirer en suivant notre héroïne maladroite dans son aventure. Les paragraphes renferment une histoire tellement originale et agréable à lire que l’on se plaît à tourner les pages, nous menant fatidiquement à la fin de chaque tome. À chaque fois que l’on change de chapitre, on espère y voir un nouveau rebondissement, un nouvel indice qui nous indique de nouvelles informations susceptibles de nous aider à comprendre l’étendu des complots sous-jacents du récit.

Ophélie et Thorn représentent le couple que l’on n’a pas l’habitude de voir, et cela fait un bien fou. Je suis tellement redevable envers l’auteure d’avoir pu me permettre de les rencontrer lors de mes soirées d’hiver et d’été, plongée dans le monde incroyable des arches, vestiges de notre monde. La Passe-miroir est une série qui se lit n’importe quand, n’importe où, mais que j’assimilerais plutôt à l’hiver, emmitouflée dans un bon plaid (à la manière d’Ophélie et de son écharpe), près du feu, avec un mug de chocolat chaud. Ce sont des livres réconfortants que l’on se plaît à relire plusieurs fois pour en dénicher les détails qui nous seraient passés sous le nez.

En somme, Les Fiancés de l’Hiver (le tome 1) nous plonge directement dans ce monde complètement fou mais tellement séduisant, et que pour rien au monde je ne souhaiterais oublier. Je me suis surprise à éprouver de l’empathie pour Thorn dès ce premier livre. À chaque nouveau chapitre, je désirais en apprendre davantage sur lui, à découvrir son quotidien, ainsi que son environnement. Chose difficile à cause des responsabilités et des démons qui torturent l’esprit de notre Ophélie…

Les Disparus du Clair de Lune (le tome 2) possède quant à lui une ambiance bien plus tournée vers le thriller voire le polar. Finie la phase de découverte des lieux, Ophélie découvre désormais la mentalité du peuple du Pôle et les nombreux pouvoirs qui régissent une forme de hiérarchie impressionnante. Le pouvoir magique devient une force, et la force devient le Pouvoir. Ces nombreux revirements et rebondissements en ont fait un livre digne de ces grands polars que l’on lit lors d’une nuit blanche… mais ce que j’ai préféré, restera avant tout et surtout la fin de ce tome ! À la fois tellement poignante et survoltée, j’ai presque lâché une larme en lisant l’ultime page. J’éprouvais un immense chagrin pour Ophélie, et je partageais ses doutes et son inquiétude. Mais heureusement, je n’avais que quelques semaines à attendre avant la sortie du 3ème tome…

La Mémoire de Babel (le tome 3) est donc le dernier livre de la série sorti à ce jour. Et son titre est étonnamment bien choisi car il reprend les thèmes principaux de l’intrigue, à savoir la Mémoire, l’Histoire, et la Confusion. Entre manipulations, travestissement (pour la 2nde fois), mensonges et souvenirs, Ophélie réalise l’ampleur du complot dans lequel elle s’est jetée, et à quel point la tâche qu’est de retrouver l’être qu’elle chérit tant peut s’avérer difficile. Cela m’a vaguement rappelé l’histoire de Mulan quand il lui a fallu répondre à l’appel de son cœur pour sauver son père. Ici, Ophélie agit de la même façon : elle écoute son instinct et se bat pour franchir l’ensemble des obstacles qui l’empêchent d’atteindre son ultime but.

Il me tarde de lire la conclusion du tome 4, en 2020 ! J’ai hâte de retrouver tous nos personnages, en tout particulier Renard et Gaëlle, les plus fidèles alliés d’Ophélie, qui ont su être là pour elle lorsqu’elle en avait le plus besoin.

Suivre l’évolution d’Ophélie qui s’affranchit de toutes règles et limites : voilà une véritable représentation de la femme actuelle, qui est indépendante et forte malgré les apparences. Sa détermination, tout comme son amour envers Thorn, nous donnent le baume au cœur, en plus de l’envie de nous dépasser nous-mêmes, et d’y croire. Toujours y croire.

0 commentaire

Pour poster un commentaire, rejoignez la communauté On lit plus Fort